ASSOCIATION CANADIENNE D’ÉDUCATION LANGUE FRANÇAISE

Fernand Bégin succède à Louis-Gabriel Bordeleau à la présidence de l’ACéLF

**********
Association canadienne d’éducation de langue française

Assemblée générale annuelle de l’ACéLF

Fernand Bégin succède à Louis-Gabriel Bordeleau à la présidence de l’ACéLF

QUéBEC, le 12 août 1998 – Le 8 août dernier, les membres de l’Association canadienne
d’éducation de langue française (ACELF), réunis en assemblée générale annuelle à
Abram-Village, Ile-du-Prince-Edouard, ont élu leur nouveau président, M. Fernand Bégin.
Monsieur Bégin succède ainsi à M. Louis-Gabriel Bordeleau, qui termine un second mandat
de deux ans.

Membre du conseil d’administration de l’ACELF depuis 1989, M. Bégin occupait le poste
de vice-président représentant la région de l’Ontario depuis trois ans. Québécois
d’origine, le nouveau président est diplômé d’une maîtrise en éducation et
administration scolaire et d’une maîtrise ès Arts en philosophie, toutes deux de
l’Université d’Ottawa. Monsieur Bégin est professeur à la Cité collégiale, le premier
collège de langue française spécialisé en arts appliqués et en technologies qui a vu
le jour en Ontario. On le compte d’ailleurs parmi les membres fondateurs du premier
conseil d’administration de la Cité collégiale.

Educateur et francophone engagé, M. Fernand Bégin a participé à la création du
premier conseil scolaire francophone en Ontario, en 1988. Il a assumé la présidence de
l’Association canadienne-française de l’Ontario et a fait partie du Conseil de
l’éducation et de la formation franco-ontarien.

Reconnu pour ses talents de médiateur, M. Bégin représente les organismes
francophones nationaux dans les négociations quinquen-nales de l’Entente
Canada-organismes francophones nationaux. Le nouveau président compte bien profiter de sa
position pour nourrir les liens qui unissent l’ACELF aux autres organismes de la
franco-phonie et aux diverses instances gouvernementales, partenaires précieux de
l’Association. Il souhaite voir l’ACELF poursuivre encore plus intensément son action sur
la voie de l’autoroute de l’information, particulièrement avec la banque d’activités
pédagogiques virtuelle ainsi qu’en éducation postsecondaire, une orientation bien
engagée au cours du mandat de son prédécesseur.

Quant à M. Louis-Gabriel Bordeleau, il a accompli un travail remarquable au cours de
ses quatre années de pouvoir. On lui doit, entre autres, le Programme des symposiums
régionaux et national de 1996 et 1997 ainsi que la rédaction du mémoire intitulé
«L’éduca-tion postsecondaire en français au Canada», déposé au Comité sénatorial
permanent des affaires sociales, des sciences et de la technologie. Monsieur Bordeleau
s’est distingué par ses talents de fin diplomate, par sa capacité de tirer les
éléments positifs des situations les plus critiques et par l’importance primordiale
qu’il accorde aux liens unissant les francophones canadiens.

La composition du conseil d’administration a changé à plusieurs autres égards.
D’abord, cinq de ses membres ont préféré quitter ou ne pas renouveler leur mandat au
sein du conseil : M. Ernest Thibodeau (Atlantique), Mme Aline Lortie (Québec), Mme Louise
Pépin (Ontario), Mme Denise Bourassa et Monique Fillion (Ouest).

Les membres ont ensuite élu six nouvelles personnes pour les représenter : M. Gilmond
Larocque (Atlantique), M. André Caron (Québec), Mme Claudette Boyer et M. Joseph Matko
(Ontario), MM. Donald Michaud et Deny Gravel (Ouest).

Deux administrateurs ont enfin été promus au rang de vice-présidence : M. Rodrigue
Landriault (Ontario) et Mme Andrée Leduc-Johansson (Ouest).

L’Association canadienne d’éducation de langue française est un organisme pancanadien
qui, depuis plus de 50 ans, soutient l’action des communautés francophones pour que
l’éducation qu’elles choisissent de se donner serve à promouvoir et à protéger la
langue et la culture d’expression française.