ANGLICISATION OU AMÉRICANISATION DES ONDES

DOSSIER

Le 15 décembre 1997

Pour diffusion

AMéRICANISATION CULTURELLE DES ONDES

L’arrivée de nouvelles chaînes de télévision permettait dernièrement aux
cablodistributeurs de bonifier le nombre de canaux que les abonnés captent à
domicile.

Examinons attentivement le tableau suivant et comparons les niveaux de services à la
clientèle offerts, en français, par Rogers Ottawa et, en anglais, par Vidéotron en
Outaouais.

COMPARAISON DES NIVEAUX DE SERVICES
La cablodistribution – Ottawa vs Outaouais

Stations de
langue
Région Nombre de stations Population Compagnie
Service de
base
Service plus Télé payante Total
française Ottawa 8 5 13 139 190 Rogers
anglaise Outaouais 15 15 6 36 34 527 Vidéotron

Bien que la population francophone de la région d’Ottawa (Capitale canadienne !) soit
de quatre fois plus nombreuse que la population anglophone de l’Outaouais, elle ne se voit
offrir que 13 stations de langue française comparativement à 36 de langue anglaise pour
les anglophones de l’Outaouais.

Et dire que les Anglo-Québécois s’affichent comme une minorité brimée
à laquelle Patrimoine Canada verse de généreuses subventions pour oeuvrer, au
Québec, à la promotion et au rayonnement de la langue et de la
culture majoritaires d’expression anglaise. à moins qu’il ne s’agisse pas là d’une
minorité, mais bien de la majorité canadienne !

Tout récemment, Vidéotron offrait à sa clientèle neuf nouveaux canaux
supplémentaires desquels cinq sont de langue anglaise alors que Rogers, sur douze
nouveaux canaux, n’en offre aucun de plus en langue française aux abonnés d’Ottawa bien
qu’il s’agisse de la Capitale canadienne, capitale des deux (!)
langues officielles, et bien que la population francophone y soit quatre fois plus
nombreuse que la population anglophone de l’Outaouais !

L’américanisation culturelle du Canada anglais progresse rapidement. Rogers a
préféré offrir à ses abonnés de la région d’Ottawa quatre nouvelles stations
américaines plutôt que des stations canadiennes… de langue française.

Le CRTC et la canadianisation des ondes, connaissez-vous
?




Avec un niveau de service en anglais si élevé au Québec et un niveau de service en
français si bas au Canada, pas étonnant que le français recule et que les stations de
langue française vivent les conséquences d’une érosion d’auditoire au profit des
stations de langue anglaise.

Les données démographiques du recensement de 1996 permettent de constater que
l’érosion d’auditoire vers les stations de langue anglaise s’accompagne parallèlement
d’une érosion culturelle et d’une assimilation linguistique. à Ottawa, capitale
canadienne et capitale des deux langues officielles, où le gouvernement ontarien vient de
fermer le seul hôpital francophone en Ontario, le taux d’assimilation francophone est de
24,73 %. En Outaouais, région québécoise, voisine d’Ottawa, la langue anglaise fait des
gains de 13,70 % grâce à l’assimilation des francophones et des allophones.

D’un côté, la langue et la culture d’expression anglaise gagnent; de l’autre, la
langue et la culture d’expression française perdent ! Mais le grand gagnant dans tout
cela ce ne sont pas les cultures canadienne ou québécoise, mais la culture américaine
qui s’impose de plus en plus comme seul modèle culturel.

Où est le CRTC ? Le gouvernement canadien ?

Source :

Jean-Paul Perreault
Président
Tél. : (819) 684-7119
Imperatif@imperatif-francais.org
http://www.imperatif-francais.org