AIR FRANCE TUE LA FRANCE

Air France tue la France

Une masse critique des symboles mêmes du pays (tous les jours,
de Renault à Michelin, "enrichie" de nouveaux membres), sonne sciemment la fin
de l’une des langues les plus riches et les plus raffinées de l’humanité. à tous les
francophones du monde, le message est clair; et il ne provient pas de New York, Chicago ou
Los Angeles, mais bien de Paris: «Au rebut la langue française!»

Et pendant ce temps, le président Chirac joue la grande amitié
débonnaire avec le premier ministre du Canada, Jean Chrétien. Homme au sens
démocratique plus que douteux, et qui a mis tous les moyens idéologiques et financiers
depuis 1995 (dernier référendum québécois sur l’Indépendance) pour littéralement
écraser, asphyxier, bâillonner, "arraisonner" (voir: http://www.vigile.net/00-5/jlg-lisee.html)
le seul état français d’Amérique (dont incidemment il est lui-même un fils; aux
ancêtres "normands" de surcroît, apprenions-nous récemment…).

Il semble que la grande affaire des francophones de notre temps
résidât dans ce que j’appelle l’autoanglodéfrancisation. Heureuse et «ouverte» au
monde ­ comme les veines exsangues d’un tout chaud suicidé.

à nous l’excitante vie de la mort !

Jean-Luc Gouin
Québec
http://www.vigile.net/cadres.html?http://www.vigile.net/pol/101jlg/index.html