AIR FRANCE : CANDIDATURE AU PRIX CITRON

AIR FRANCE : CANDIDATURE AU PRIX CITRON
à l’heure de la mondialisation, il faut que les systèmes s’adaptent à la
diversité culturelle et non le contraire.

à Luc Côté, président, Transport 2000 Québec, Montréal, et Jean Sivardière,
président, Fédération nationale des associations des usagers des transports, Paris Je
vous écris afin de vous proposer la candidature de la compagnie aérienne Air France pour
vos prochains prix citron respectifs.

Cette compagnie nationale française mérite ce prix pour sa décision inconsidérée
d’imposer la langue anglaise pour les communications dans l’espace aérien autour de
l’Aéroport international Roissy-Charles-de-Gaulle.

Une étude canadienne sérieuse a déjà démontré que l’utilisation du français et
de l’anglais pour les communications aériennes est sécuritaire.

C’est pourquoi nous comprenons mal la décision saugrenue d’Air France d’imposer la
seule langue de Shakespeare.

Air France ferait mieux de s’inspirer d’Eurotunnel et d’Eurostar.

Ces deux compagnies utilisent les deux langues dans leurs communications, ayant formé
les cheminots des deux côtés de la Manche à utiliser le français et l’anglais, ou
encore des autorités canadiennes qui permettent l’utilisation des deux langues au Québec
et à Ottawa.

à l’heure de la mondialisation, il faut que les systèmes s’adaptent à la diversité
culturelle et non le contraire.

L’homme est-il au service de la machine après tout?

La FNAUT a déjà décerné le prix citron international à un ministre des Transports
canadien, Benoît Bouchard, pour avoir sabré dans les services ferroviaires canadiens en
1990.

Décerner un tel prix au président d’Air France serait un juste retour des choses!

Harry Gow, président de Transport 2000 Canada

(Le 1er avril 2000)