Manipulation politicienne à Chambly

« Le maire a habilement mêlé les deux dossiers pour faire place à « Petrozza », « Ostiguy » prendra la place de Colborne. »

Monsieur le président
Impératif français

Votre mouvement encourage la Ville de Chambly qui souhaite changer le nom de la rue Colborne afin de le remplacer par Ostiguy.
J’aimerais faire ici une mise en contexte. Dans notre petite ville, le véritable enjeu est la disparition d’un odonyme patrimonial dans le Vieux-Chambly : la rue Ostiguy, qui existe à cet endroit depuis 110 ans.

Ce nom rappelle celui d’une famille pionnière de la seigneurie de Chambly d’origine basque. La rue Ostiguy a été développée par un de ses descendants, ancien maire de Chambly, Joseph Ostiguy, marchand, négociant, propriétaire terrien, et ses fils. Le lotissement de leur terrain, commencé en 1907, a donné naissance à cette petite rue située au cœur du Vieux-Chambly. En 1949, la famille a cédé la rue à la Ville qui l’a intégrée à sa toponymie. L’odonyme prend donc tout son sens à l’endroit où il situé.

À l’angle de cette rue et de la rue Bourgogne, il existe un restaurant italien. L’administration municipale propose de renommer cette rue du nom des restaurateurs, « Petrozza », afin, nous a expliqué le maire Denis Lavoie, d’ « honorer des citoyens provenant de l’immigration récente qui se sont bien intégrés »… Le maire a habilement mêlé les deux dossiers. Pour faire place à « Petrozza », « Ostiguy » prendra la place de Colborne.

Les citoyens de Chambly n’ont rien contre le fait d’honorer les restaurateurs. Mais ils refusent que ce soit au détriment d’un patrimoine. Ils ne se seraient pas battus très fort non plus pour conserver « Colborne », si cela n’avait été que ça. Certes, l’administration municipale aurait pu simplement remplacer « Colborne » par « Petrozza », mais alors, le nouvel odonyme perd de son sens, nous explique-t-on. Ce qui, toutefois, arrivera à l’odonyme « Ostiguy ». De plus, le maire de Chambly a fustigé les citoyens qui n’approuvent pas les changements : groupuscule hargneux, gens intolérants.

J’ajoute qu’avant de procéder à ces changements, l’administration municipale a aboli le comité de toponymie de la Ville qui aurait pu avoir une réflexion utile sur ces enjeux.

Actuellement, le Mouvement citoyen de Chambly tient une pétition web et papier pour conserver le nom Ostiguy. Dans ce contexte, le Mouvement citoyen de Chambly est demeuré solidaire des riverains de la rue Colborne. Je vous invite à prendre connaissance du texte de la pétition qui circule également sous forme papier : https://www.petitions24.net/non_a_la_modification_et_au_deplacement_de_la_rue_ostiguy_a_chambly. Nous avons déjà recueilli 1220 signatures.

En terminant, le maire de Chambly a annoncé publiquement qu’il ne tiendrait pas compte des recommandations de la Commission de toponymie du Québec, qui relève de l’Office de la langue français, si elles ne vont pas dans le sens qu’il le souhaite. Les commissaires doivent statuer le lundi 26 mars. La Ville a déjà annoncé que dès le 16 avril, la rue Colborne deviendra Ostiguy. Ainsi, la rue Petrozza s’installera dans le Vieux-Chambly.

Louise Chevrier,

Chambly

Historienne, romancière et citoyenne engagée dans la préservation du patrimoine.