Kiev, Conakry, Genève…

Les Francophones de Flandre multiplient les contacts à l’international

« Alors que les nationalistes flamands de la N-VA qui dominent la vie politique belge ne veulent pas entendre parler de minorité francophone sur leur territoire ni de discriminations linguistiques, l’Association pour la promotion de la francophonie en Flandre (APFF) multiplie les contacts à l’international pour faire bouger les lignes », peut-on lire dans le dernier numéro de « Nouvelles de Flandre », organe de l’APFF.

Et à son directeur, Edgar Fonck, de préciser: « Dans sa démarche, l’APFF s’appuie sur une série d’éléments favorables aux Francophones de Flandre.

D’une part, le Congrès des pouvoirs locaux et régionaux du Conseil de l’Europe a appelé la Flandre à respecter la démocratie dans les communes à facilités, tant au niveau de la nomination des bourgmestres qu’au niveau de l’emploi des langues lors des conseils communaux.

D’autre part, les experts chargés d’évaluer les lois antidiscrimination de 2007 ont pointé du doigt l’absence d’organe compétent pour traiter des discriminations linguistiques.

A cela s’ajoute les recommandations acceptées par la Belgique lors de son deuxième Examen périodique universel à l’ONU en 2016. Un nombre important d’entre elles concerne directement les revendications des Francophones de Flandre.

En tête, la création d’un Institut national des droits de l’homme (INDH) en accord avec les principes de Paris, appuyée par une quarantaine de pays. Viennent ensuite la lutte contre les discriminations et la collaboration avec la société civile. Ayant été acceptées par la Belgique, ces recommandations doivent être mises en œuvre avant le prochain EPU de notre pays en 2021. Pour l’APFF il est donc exclu que la Belgique ne dispose pas d’une structure à même de traiter des discriminations linguistiques. Il est également exclu que le rôle de la société civile se limite à avaliser des rapports sans avoir participé à l’ensemble du processus, comme cela a été, hélas, le cas jusqu’à présent.

Forte de ces éléments, l’APFF a récemment participé au 1er Colloque international francophone d’Ukraine à Kiev; aux 46e Assises de la presse francophone à Conakry et au 10e Forum des minorités de l’ONU à Genève, sans oublier la journée portes ouvertes des Nations unies et la présentation de la nouvelle édition du Guide pratique de l’Examen périodique universel.

L’APFF a choisi de participer à ces événements afin de sensibiliser l’opinion publique internationale, les enseignants, les chercheurs, les médias et les diplomates quant à la situation de la minorité francophone en Flandre.

Dans son intervention au Forum des minorités de l’ONU, l’APFF en a appelé à toutes les autorités belges pour qu’elles pressent les responsables politiques flamands à accepter:

– de ratifier sans réserve la Convention-cadre pour la protection des minorités nationales, en suivant la résolution 1301 du Conseil de l’Europe;
– de ratifier le protocole n°12 à la Convention européenne des droits de l’homme, afin d’interdire toute forme de discrimination;
– de désigner l’organe compétent chargé de lutter contre les discriminations linguistiques comme le recommandent les experts chargés d’évaluer les lois
antidiscrimination de 2007;
– de mettre en place un Institut national des droits de l’homme (INDH) de type A, conforme aux Principes de Paris, comme la Belgique s’y est engagée lors de son Examen périodique universel (EPU) à l’ONU en 2016;
– d’associer étroitement la société civile au suivi de l’EPU de la Belgique, à la création de l’INDH, ainsi qu’au suivi de l’évaluation des lois antidiscrimination.

Cet appel est soutenu par de nombreux journalistes présents aux 46èmes Assises de l’Union de la presse francophone originaires de 12 pays et de 4 continents (Afrique, Amérique, Asie et Europe).

Reste à espérer que les nationalistes flamands qui dictent leur loi au fédéral, seront recadrés à l’international. »

Pour plus d’informations

Nous vous renvoyons à notre site internet (http://www.francophonie.be/ndf).

Association pour la Promotion de la Francophonie en Flandre (APFF asbl)
Secrétariat: Spreeuwenlaan 12, B-8420 De Haan, Belgique
Téléphone: +32(0)59.23.77.01
Télécopie: +32(0)59.23.77.02
Portable: +32(0)479.35.50.54
Courriel: apff@francophonie.be
Site: http://www.francophonie.be/ndf