Régression du français

Résultat des politiques linguistiques fédérales

D’après les journaux, le français est en nette régression au Québec, cela vient du fait de l’immigration forcée d’immigrants allophones et anglophones de la part de notre cher gouvernement fédéral qui pense qu’en faisant ainsi il va noyer le poisson; faire en sorte que les francophones soient un jour minoritaires et ne songe plus à l’indépendance du Québec. Ils ont bien raison, cela coule de source. Donc, c’est à nous francophones d’avoir l’espérance qu’un jour la vapeur s’inversera. Il faut l’espérer, en tout cas, je pense que toutes les sociétés devraient embaucher du personnel parlant français obligatoirement et anglais accessoirement, exactement l’inverse de ce qui est conseillé par les instances gouvernementales. J’espère qu’un jour, un gouvernement péquiste verra le jour et remettra les pendules à l’heure ainsi qu’un vote majoritaire indépendantiste.. Je l’espère de tout mon coeur.

Gérard Routier

1 commentaire

  1. Il ne faut pas se décourager, M. Routier, surtout avec des candidats millionnaire comme Kevin O’Leary, Parti progressiste conservateur, qui se lance en politique officiellement… coîncidement juste après un débat francophone des candidats du PPC à Québec. Voyez-vous M. O’Leary ne parle pas un traître mot de français depuis 63 ans et ne voulait pas, à toute fin pratique, y participer! Si O’Leary est élu chef du parti PPC et, peut-être, éventuellement comme PM du Canada, ce sera peut-être la goutte qui fera déborder le verre et qui accordera aux Québécois une nouvelle chance, un nouvel espoir pour la souveraineté! O’Leary tout comme Kathleen Wynne (PM Ontario) et Jim Watson (Maire Ottawa) ne sont pas des sympathisants des Francophones et de la Francophonie au Canada. Encore moins des Québécois. Bonnex réflexion.

Les commentaires sont fermés pour cet article.