La SAQ vous saoule d’anglais

La saga anglicisante se poursuit!

SAQ

À lire sur le même sujet : La SAQ et le Québec des ticounes

Cinq étapes à suivre lorsque tu sens que ton gouvernement te manque de respect en diffusant dans une SAQ (555 bl. Labelle, Laval) un poste FM anglophone.

1) Tu téléphones au bureau du député pour te plaindre.

2) Comme la réceptionniste fait du bénévolat et ne possède pas toujours les qualités requises pour faire son travail, elle va te demander d’envoyer un courriel pour préciser tes propos. Donc, tu dois aussi envoyer un courriel.

3) Le gouvernement te répond. Parfois ça peut prendre 6 mois, d’autres fois quelques jours. Tu dois lire son courriel et éviter de penser que c’est de la propagande qui veut te faire croire que tout va bien et que le bon gouvernement travaille très très très fort!

4) Tu lis et ton cerveau accroche sur une phrase, c’est normal. Le bon gouvernement est composé d’humains qui ne peuvent, comme vous, faire deux choses en même temps: protéger le français et l’écrire. Ainsi, lorsque tu lis « En effet, notre gouvernement à le français à cœur de ses priorités », ne te demande pas si le À est un A (avoir) et évite de mettre en question le mot priorités.

5) Observe la nature en respirant par le nez. (…)

Marc Huber


—– Courriel transféré —–

De : « Senattore, Silvana » <ssenattore@assnat.qc.ca>
À : Destinataire
Envoyé le : jeudi 6 avril 2017 16h38
Objet : La chanson à la SAQ!

Bonjour,

Au nom de Guy Ouellette, député de Chomedey, j’accuse réception de votre courriel envoyé le 3 avril dernier concernant votre situation vécue à la succursale de la SAQ située au 555 boulevard Curé-Labelle.

Je vous remercie d’avoir écrit à M. Ouellette et de lui partager votre opinion. Soyez assuré que votre courriel a bien été porté à l’attention du député qui apprécie connaître les différents points de vue et préoccupations des citoyens qu’il représente.

En effet, notre gouvernement à le français à cœur de ses priorités. M. Luc Fortin n’est pas seulement Ministre de la Culture et des Communications mais aussi,  responsable de la Protection et de la Promotion de la langue française dont voici ses responsabilités : https://www.mcc.gouv.qc.ca/index.php?id=5646

Je vous laisse aussi quelques exemples de changements apportés par notre gouvernement :

http://www.fasken.com/fr/le-gouvernement-du-quebec-propose-des-modifications-reglementaires-pour-franciser-laffichage-des-marques-de-commerce/

http://www.ledevoir.com/politique/quebec/486993/pme-quebec-mise-sur-la-promotion-du-francais

http://www.newswire.ca/fr/news-releases/strategie-partenariale-de-promotion-et-de-valorisation-de-la-langue-francaise-2016-2021—le-ministre-fortin-se-rejouit-de-lapproche-positive-et-de-proximite-de-la-strategie-610958145.html

Soyez assuré que j’ai bien dirigé votre courriel auprès du cabinet de ce dernier afin d’avoir un suivi en lien avec votre préoccupation.

Je reste à votre disposition. Bonne journée et au plaisir,

Mme. Silvana Senattore | Attachée politique

Bureau du député de Chomedey
Guy Ouellette
4599, boul. Samson
Bureau 201
Laval (Québec)  H7W 2H2
Tél. : 450-686-0166
Télécopieur : 450-686-7153
ssenattore@assnat.qc.ca


De : Marc Huber
Envoyé : 3 avril 2017 10:26
À : Ouellette, Guy (Chomedey)
Objet : La chanson à la SAQ!

Le lundi 3 avril 2017

Monsieur Guy Ouellette,

Le dimanche 26 mars j’ai été frappé par la musique diffusée dans la succursale de la SAQ de Chomedey située au 555 boulevard Curé-Labelle. Non seulement les chansons d’une inspiration douteuse étaient uniquement en anglais, mais aussi les commentaires de l’animatrice.

Une station anglophone dans une SAQ!

Je rappelle que le SAQ est un fleuron québécois et que la musique que nous retrouvons dans ses succursales devrait refléter la politique culturelle du gouvernement en place dans l’ensemble du Québec, tout en démontant une cohésion économique par la promotion de la culture québécoise et de la langue française. Si vous comprenez bien ce que représente un outil de diffusion de la culture, cela laisse croire que votre gouvernement n’a rien à foutre des artistes francophones et de la langue française.

Une semaine plus tard, le dimanche 2 avril, après un téléphone logé à votre bureau et à la SAQ le lundi 27 mars, la même situation au même endroit. Faute d’agir, j’aimerais que vous m’informiez clairement des ambitions linguistiques et culturelles des votre parti.

Merci,

Marc Huber