La francophobie africaine

« La Côte d’Ivoire, championne de la croissance africaine »

côte d'Ivoire 2016Veuillez trouver, ci-dessous, le lien vers mon dernier article du 02/08, publié sur le site Les Echos/Le Cercle et intitulé La Côte d’Ivoire, championne de la croissance africaine. Il traite de la Côte d’Ivoire et, plus globalement, de l’Afrique francophone.

http://www.lesechos.fr/idees-debats/cercle/cercle-159328-la-cote-divoire-championne-de-la-croissance-africaine-2018315.php

Cet article vient en réponse à certaines informations et statistiques totalement erronées, circulant sur internet et selon lesquelles l’Afrique francophone (parce que francophone) serait moins dynamique et moins stable que le reste du continent. La réalité est pourtant tout autre, si l’on prend la peine de bien voire les choses et de ne pas se laisser aveugler par une poignée de pays non francophones qui seraient stables et réaliseraient de bonnes performances.

Tout récemment, certains sites sont même allés jusque prétendre (ou relayer) que le Nigéria venait d’inaugurer le premier TGV africain, avec pour commentaire « le premier TGV ne sera pas pour un pays francophone, mais pour un pays anglophone » …or il ne s’agit que d’un simple train ne pouvant dépasser les 150 km/h. Quant au premier TGV du continent, il sera marocain en 2018…et donc francophone.

En espérant que cet article vous intéresse, je vous invite à ne pas sous-estimer la gravité de ces informations mensongères récurrentes, anti-francophones et in-fine anti-françaises, qui :

  • sont de nature à semer la haine contre la France et les Français, présentés comme des exploiteurs responsables du soi-disant « retard » de l’Afrique francophone (comme le confirment à chaque fois les centaines de réactions virulentes sur Facebook et autres forums de discussion). Avec, in fine, des conséquences pouvant être parfois tragiques…
  • influent directement sur la volonté d’une partie de nos jeunes issus de l’immigration à s’intégrer et à vouloir se sentir français, membres à part entière d’une nation et d’une culture qui leurs sont présentés comme terriblement injustes et néfastes. Et dont ils ne pourraient retirer aucune fierté.
  • nuisent à l’image de chacun des pays francophones d’Afrique, et affectent considérablement leur attractivité aux yeux des investisseurs étrangers.
  • et dévalorisent tout ce qui est en lien avec la langue et la culture françaises, avec pour résultat (voire pour but) d’en détourner le plus grand nombre de personnes possible à travers le monde.

Bien évidemment, il ne s’agit pas là de prétendre que tout va bien dans les pays francophones du Sud. Mais si des problèmes persistent et que de profondes réformes doivent encore être mises en œuvre (y compris au niveau des mécanismes de fonctionnement du franc CFA), la situation est clairement loin d’être meilleure ailleurs. Ne pas le rappeler systématiquement est contreproductif et dangereux pour les intérêts supérieurs de notre nation et sa cohésion.

Ne soyons donc pas les naïfs que certains souhaitent que l’on soit, et ne leur laissons pas le champ libre.

Ilyes Zouari
Secrétaire général adjoint de la revue Population & Avenir (démographie et géographie humaine)
Ex-Administrateur de l’association Paris-Québec.
Auteur du « Petit dictionnaire du Monde francophone » (L’Harmattan, Avril 2015)

2 commentaires

  1. Le maroc est bien plus arabophone que francophone oar contre.

  2. Bonjour!
    Je découvre la Côte d’Ivoire – « championne de la croissance afrcaine ». Je prends bonne note de vos mises en garde. Je compte me familiariser avec le temps. Déjà je savais localiser géographiquement, ayant été philatéliste dans ma jeunesse.
    Mes salutations,
    Marc

Les commentaires sont fermés pour cet article.