La Fête de la musique de Tremblant

On la veut plus québécoise et française

Nous avons reçu le courriel suivant dans lequel on déplore les pratiques de banalisation et d’infériorisation du Québec et de la francophonie :

fete-de-la-musique-de-tremblant-2016

La Fête de la musique de Tremblant
On la veut plus québécoise et française

La Fête de la musique de Tremblant? Disons plutôt : English, Italian, Brazilian and Foreign Music Festival at Tremblant! Car de français et de musique française, il y a eu très peu! Il y a surtout une forte partie de l’auditoire qui est française et à qui on s’est énormément adressé en anglais comme si elle était entièrement composée d’Anglophones!

SAMEDI 17 h 30 ­– Lorraine Klaasen, Sud-africaine et Montréalaise d’adoption, nous a parlé principalement en anglais et nous a remercié à trois reprises que nous lui permettions de nous chanter de l’anglais, beaux cornichons que nous sommes! 19 h — Milo et Bareil ont fait un hommage à Simon & Garfunkel. 20 h — MacMaster, Leahy & Family ont daigné nous dire une seule phrase française avant de faire un spectacle entièrement anglais de Cape Breton (présentations,  pièces et danses de N.-É.).

DIMANCHE 12 h — Les trois excellentes interprètes de Fiestango ont eu la décence normale de s’adresser à nous en français. François Dompierre aussi en évoquant ses histoires de musique au Piano public, activité intéressante mais sous un abri à un endroit isolé. Arioli a tout fait en anglais, si je me souviens bien. Quant au Lemon Bucket Orkestra, gypsies de Serbie-Yougoslavie-Romanie, une heure trente d’excellente musique gitane, mais entièrement animée en anglais. 20 h — Angèle Dubeau, Shawn Phillips, MacMaster, Leahy et La Pieta nous ont interprété d’excellentes pièces classiques. Angèle nous a rapporté qu’André Gagnon avait affirmé, après avoir entendu Ti-Jean-Carignan, qu ‘on devrait dire désormais non pas un « violon » mais un « Carignan », lui que notre société, ingrate à l’égard de nombre de ses héros et héroïnes en culture et politique, a obligé à gagner sa vie comme chauffeur de taxi…; illustration criante de l’absence de notre musique traditionnelle et de chansons françaises dans tous nos lieux et radios inondés de chansons anglaises! Ce groupe nous a gratifiés d’une pièce de tradition néo-écossaise-québécoise enlevante à trois violons. Nous n’avons pas compris un seul mot des trois chansons de Phillips, le technicien m’ayant expliqué que Phillips lui avait demandé de pousser les graves au maximum…

LUNDI 14 h 30 — Fumanti nous a fait des présentations bilingues et des chansons anglaises sauf deux françaises, en se pourfendant en remerciements envers le Québec et le public! Ce festival a même entrepris d’angliciser la Chorale des jeunes de Saint-Sauveur (niveau primaire), notamment en lui faisant chanter Halleluiah de Cohen.

À mon humble avis, madame Dubeau, avant de parcourir le monde à la recherche de ces spectacles, gratuits tout de même, aurait avantage à découvrir des groupes du Québec et de France de musique française et traditionnelle aux festivals Mémoires et racines (Joliette), Chants de marins (Saint-Jean-Port-Joli), Chants de vielles (Saint-Antoine-sur-Richelieu) et Bière et saveurs (Chambly); elle pourrait les faire découvrir au public de Tremblant qui n’auraient pas eu la chance de fréquenter ces autres festivals, qui eux n’ont pas que le titre de français!!!

1 commentaire

  1. save vous que la musique « Quebecoise » viens de les Irlandais

Les commentaires sont fermés pour cet article.