Jacques Gaines : Un Québécois sans honneur

M. Jacques Gaines

M. Jacques Gaines

Bonjour, M. Jacques Gaines, photographe

ObjetContact

http://jacquesgaines.com/contact/
office@jacquesgaines.com
jgaines@jacquesgaines.com

Ayant besoin d’un photographe professionnel pour un événement d’ampleur prévu pour cet automne, il m’a semblé pertinent, au départ, de m’adresser à vous, M. Jacques Gaines.

Mais quelle ne fut pas ma surprise de constater que le Québécois que vous êtes communique en anglais. En pleine Capitale, qui plus est.

And in English only…

So… Inutile de vous dire qu’il me serait parfaitement impossible de faire confiance à un individu, et une entreprise, investis d’un mépris de soi – de sa langue et de sa culture – aussi aisément.

À vrai dire, c’est rien moins que le dégoût qui m’habite face à un comportement aussi profondément aliéné. Car le vocable de « colonisé », manifestement, reste en deçà de la vérité en ce qui vous concerne.

Un pareil déni de la langue française, en pays québécois même, n’est pas seulement consternant.

Mais franchement surréaliste.

J’ai mal à votre dignité et à votre respect de vous-même.

Termes dont, à l’évidence, vous ne saisissez le sens d’aucune manière.

Bien à vous.

Frédéric Sébastien

23 commentaires

  1. Après avoir tout lu, je crois que le site se grandirait en modérant les attaques nominales par des personnes visiblement sous le coup de l’émotion — et que lesdites personnes se grandiraient en reconnaissant, fût-ce tardivement, que leurs émotions étaient prématurées…
    Sinon, tout ce qui restera pour le lecteur distrait est un titre « X, un Québécois sans honneur », au bord de la diffamation (voire au-delà du bord : européen, je ne connais pas les lois locales).
    Merci à tous ceux qui connaissent Jacques Gaines d’avoir fait justice des accusations haineuses de ceux qui ne le connaissent pas.

    • De quoi vous mêlez-vous ? Vous êtes européens (comme moi) et vous portez un jugement sur un fait qui ne concerne que les Québécois.
      Puisque la majorité des intervenants sont des intellectuels français qu’ils ouvrent Google et fasse une recherche au mot « slow war » et vous comprendrez ce que le Québec subit depuis des siècles.

  2. Pourquoi vous pensé qu’il a des guerres. C’est à cause des gens comme Frédéric le con. Vous avez du temps à perdre. Est vous jaloux parce que vous n’êtes pas capable de parler l’anglais. En France ils sont plus tolarent qu vous.

  3. SVP avant de nous parler de respect de la langue française commencer par respecter les gens qui vous entourent. 1sont site est en français 2 il le parle 3 c un être humain. On ne peut traiter ses semblables comme vous défenseurs hardant de la langue française ( dont je fait partie en passant ) en vous cachant sous la vertu québécoise c épeurant et complètement dénigrant.

  4. Marianne êtes vous sérieuse ? Ou et a quelle moment dans mon propos coyez vous la une peur du français. Je souligne le fait que son site est en français que l’artiste parle français et qu’il a fait apparemment des efforts pour le parler. Je trouve extrêmement épeurant de voir des commentaires comme ça. Haineux, a la limite de l’intimidation je vous rappel que aujourd’hui ce n’est pas acceptable de poster des commentaire non fondée et faut sur n’importe quel media. Je suis entièrement d’accord qu’il faut protéger le français je ne croit tout simplement que d’attaquer une simple personne sur des idioties qui plus est entièrement fausses ne soit la façon de faire. Sur ce peut être qu’au lieu de vous casser tous la tête a essayer de vous prendre pour Molière vous devriez essayer de comprendre le propos que vous critiquez.

  5. Ayant cotoyé M. Gaines pendant un an il y a quelques années comme ami (beau-frère) je peux dire qu’il a été toujours d’un grand respect envers moi en me parlant TOUJOURS FRANÇAIS comme tout le reste de sa famille car je ne suis pas bilingue. Juger un homme gentil, bien éduqué avec des parents extraordinaires juger M. Gaines un artiste de grand talent qui a la chance d’avoir 2 cultures et 2 langues c’est être très bas. Juger sans connaître la personne c,est de la pure méchanceté et de toute façon, dans la vie……. on récolte toujours ce que l’on sème. Continue d’être toi Jacques! Ne laisse pas le négatif l’emporter. L’égo de cet homme doit être très fort car en abaissant une autre personne il a l’impression de se sentir plus fort… Suzanne

  6. Bien l’bonjour à vous !
    Je serais de peux de mots …
    1. J’ai eu la chance de travailler avec M. Gaines et, comme possiblement la majorité de ses clients, je n’ai que de bons mots à dire sur son implication et la qualité du travail qu’il a réalisé pour notre projet ;

    2. Simple rappel; Plusieurs facteurs vont alimenter le rayonnement d’une nation ou d’un peuple. Malheureusement, très peux d’individus à la fin de leur vie, feront un constat que, fidèle à leur passion et ce contre vents et marées, auront réussi à marquer une génération dans plus d’un pays. Je ne vous pas un culte à M. Gaines mais chose certaine, qu’il l’ait fait en Francais ou en Anglais, lui et un groupe d’artiste ont créer de la musique qui aura fait le tour de la planète ! Sommes nous tous d’accord pour dire que ce fait d’Arme a participer à faire rayonner la culture Québécoise… Personnellement je dis OUI !!!

    En conclusion, Bravo M. Gaines pour vos réalisations passé et souhaitant avoir la chance de pouvoir retravailler avec vous.

    Christian Déry

  7. Mr Sebastien
    Je vous informe qu’il y a un monde a découvrir à l’extérieur du Québec.
    Vous ne représentez personne et votre opinion, bien que vous y avez droit, est sans conséquence pour ceux qui ont connu et eu le plaisir de transiger avec Jacques Gaines.
    Vos accusations sont d’une grossière indécence et je vous prie de prendre conscience que parler, communiquer en anglais n’est ni une maladie, ni un crime et surtout pas un signe de manque de respect pour quoi oui qui que ce soit.
    Merci de vous acheter de la classe

  8. Marie-Louise… vous êtes cinglée ma chère (je te vouvoie par sarcasme, on m’a appris de vouvoyer par respect). Mon type sanguin est O+, si jamais t’as besoin de mon NAS, je te l’enverrai en privé. De un, je ne m’adressais pas à toi, donc je me questionne pourquoi tu m’addresses ainsi… puis le fait que tu accuses tout le monde d’avoir de fausses identités me suggère que c’est peut-être toi le fameux Frédéric… Tu sais, Jacques fait partie d’une communauté d’artistes à travers le Québec, francophones et anglophones, qui ont été mis au courant de ce commentaire déplacé. Si certains commentent ici, eh bien, je les comprends.
    De un, ceci n’est pas un article, donc ce qui est rapporté ne peux être établi comme un fait. Moi j’ai déjà téléphoné M. Gaines, et il a répondu en français. Ses entrevues à Musique Plus, il les donnait en français. Lors de sa tournée avec Céline (tsé Céline, celle qui est célébrée au Québec, mais qui a fait fortune aux USA sous les productions de David Foster – mais elle parait plus « québécoise de souche » la petit Dion…) Donc qui a raison? Ta réponse n’adresse absolument rien, et ne fait que lancer des attaques personnelles, envers moi. Un prof de français, qui a travaillé avec Guy Bertrand dans les années 90. Le petit fils de la présidente des suffragettes dans les années 40. Et pourquoi? Parce que je vois une attaque injustifiée envers un artiste que je côtoie depuis plusieurs années. Parce que ce genre de mentalité ne mènera jamais au but escompté. Parce que je suis écoeuré d’être associé à des gens si faibles et « menacés » qu’ils attaquent les gens qui réussissent (et je n’ai aucun doute que l’auteur de ce texte travaille à Québec n’a jamais téléphoné Jacques avec l’intention de travailler avec, plutôt l’a entendu discuter avec un collègue en anglais sur un des plateaux, ou juste de par son nom a décidé d’attaquer un « maudit anglais »). Donc parlant de petitesse… le chapeau te va bien.
    Alors laisse-moi deviner… un bacc en sciences sociales à une des multiples universités du Québec non-terminé, ou peut-être tu est propriétaire d’une petite entreprise? Quelque chose pour te faire penser que tu possèdes une intelligence supérieur, et que tu crois savoir bien écrire… mais le manque d’une thèse, de logique rendent ton texte farfelu… de la philosophie gomme balloune. Mais certes, tu n’es pas la seule à avoir ces pensées. C’est même international. Si tu regardes aux USA, tu peux voir aux rallyes de Donald Trump d’autres comme toi, avec des chapeaux « Make America Great Again »…. ça doit se faire en français aussi ces chapeaux? Je viens des Cantons de l’Est, où l’anglais était parlé dans les champs quand les terres furent défrichées. Ici, la majorité des gens maitrisent les deux, puis ont crissement de quoi de mieux à faire qu’à attaquer le monde pour des raisons ridicules.

  9. M. Gaines a un père afro-américain et une mère québécoise francophone. Il est habité par deux cultures. Il a la chance d’avoir grandi vraiment dans les deux langues, mais est allé à l’école anglaise. Voilà pourquoi il préfère écrire en anglais, car il est plus à l’aise. Je me rappelle: « Je fais moins de fautes d’orthographe », qu’il me disait. Je sais tout ça parce que j’ai eu la chance de travailler avec lui et que j’ai pris le temps de lui poser la question. Tsé. Au lieu de juger. À l’emporte-pièce. Comme un reclus pontifiant. Pourquoi M. Gaines – ou n’importe qui d’autre dont vous ne connaissez ni l’histoire ni le chemin de vie- devrait renier une part de lui-même? Expliquez-nous donc ça, messieurs les empêcheurs de danser en rond? Que faut-il avoir du temps à perdre et du fiel pour écrire des trucs de la sorte. Le tout sans même prendre le temps de faire ses recherches. Zéro en journalisme. Zéro en avancement de la culture. Zéro en relations humaines. Ah oui! Et pour tous ceux qui se demandent s’ils devraient travailler avec lui, c’est un excellent musicien, un photographe inspiré et collaborateur enthousiaste 🙂

    • Merci isa Marie

    • Tout d’abord je dois dire que je connais Jacques depuis son arrivée au Québec puisqu’il est mon cousin. Mon propos sera simple et clair, lorsque vous arrivez des États-Unis pour vivre au Québec dans les années 1970 et que vous êtes afro-américain cela prend une dose de courage et détermination hors du commun. J’ai 55 ans et peu vous dire comment mes cousins (Vincent, Jacques et Stéphan) ont du subir à l’époque le fait d’être noir dans notre communauté, et de s’adapter à notre culture ne fut pas toujours facile. Ce qu’ils ont accompli depuis leur arrivée est tout simplement admirable. Leur père William s’est fait toute sa vie un grand honneur de s’adresser à nous tous en français et pour tous ceux qui ont connu le père de Jacques savent combien il était fier d’être ici et reconnu Québécois et de s’exprimer à nous avec notre accent qui nous distingue. Je trouve gratuits les commentaires de Frédéric Sébastien et au lieu de vous formaliser publiquement vous auriez pu contacter personnellement Jacques et discuter entre vous de la situation qui vous incombe. Vous constaterez alors comment votre commentaire est gratuit et que vous nous faites déshonneur par votre agissement. «L’honneur peut se définir comme un lien entre une personne et un groupe social qui lui donne son identité. L’honneur se gagne par des actes admirés par la collectivité; on subit la honte en conséquence d’actes méprisés.» Si je m’arrête sur cette définition de l’honneur, je me pose la question qui en manque le plus dans le cas présent puisque la famille Gaines a depuis son arrivée au Québec été un modèle d’intégration culturelle et y participe toujours. Vos propos à titre de Québécois de souche à un autre Québécois de souche comme moi nous révèlent bien à quel point on peut être imbu et centré sur nous au Québec parfois, et dans le cas présent indique à quel point certains d’entre nous aiment attaquer des gens publiquement sans prendre la peine de connaitre leur situation. On vit au Québec de 2016 et nous sommes comme québécois tourné vers la planète et ouverts, il est temps d’y arriver aussi cher monsieur Sébastien.

      François Couture

    • J’aimerais d’abord vous remercier d’avoir mis en lumière un petit bogue technique de mon site Web. Mon site est en majeure partie bilingue. J’étais d’ailleurs fier que mon site offre la possibilité de respecter le langage dans lequel une personne a choisi de naviguer. J’avais discuté avec mon intégrateur Web, au moment de sa mise en ligne, et il m’avait dit d’intégrer un codage Web qui s’appelle localisation. Ce code permet de détecter un langage de navigation utilisé et d’ouvrir automatiquement un site Web dans cette langue. Lors de plusieurs mises à jour effectuées à mon site Web, cette fonctionnalité a disparu, à mon insu. C’est ce qui expliquerait pourquoi le site ne s’ouvrait plus par défaut en français avec un navigateur en français, alors que je croyais que c’était le cas, jusqu’à ce que vous m’en fassiez part. Le tout est maintenant rectifié.

      Malheureusement, je dois vous dire que je ne suis pas d’accord avec la façon dont vous m’avez fait part de cette information. Vous établissez, sur votre site Web, que votre communication est un article. Normalement, si tel avait été le cas, j’aurais reçu un appel, un courriel ou un message Facebook me demandant pourquoi j’ai décidé de ne pas offrir une version française de votre site Web aux internautes francophone. Avant de rédiger un article, un journaliste, un chroniqueur ou un blogueur m’aurait demandé minimalement : pourquoi, avez-vous décidé de ne pas parler en français ou communiquer dans cette langue?

      À ma grande surprise, je lis dans votre « article » et en gros titre, sans jamais avoir échangé avec vous au sujet de mon site Web, que je suis un « Québécois sans honneur ». Je ne suis pas d’accord avec ces accusations. Cependant, nous sommes tous en droit à la liberté d’expression. Voici donc mon côté de la médaille :

      Je suis né aux États-Unis d’un père afro-américain et d’une mère québécoise, du quartier ouvrier de Saint-Sauveur, à Québec. J’ai grandi au New Jersey et lorsque j’avais sept ans, nous nous sommes établis à Québec. Je ne savais pas parler français à mon arrivée, mais je l’ai appris. Il s’agissait de ma langue seconde, mais maintenant, je peux dire que je parle bien le français (avec quelques erreurs de langage lorsque vient le temps de départager le masculin du féminin).

      Ma conjointe est de descendance juive polonaise et française catholique. Elle parle un excellent français. Nul besoin de vous expliquer ce qui est arrivé à ses ancêtres vers 1941, en Europe. Elle a aussi immigré au Canada vers l’âge de sept ans. Nous sommes tous les deux des « importés » comme se plaisent à nous appeler les « pures laines ». Selon moi, nous sommes un parfait exemple de ce que c’est d’être québécois. D’ailleurs, vous qui devez connaître votre histoire du Québec et du Canada, tous les Québécois viennent d’ailleurs. La plupart sont issus de France. Je ne peux pas me considérer comme étant moins québécois, parce que je suis arrivée plus tard que les premiers arrivants et parce que je connaissais l’anglais en mettant les pieds ici.

      Pour moi être un Québécois, c’est être ouvert d’esprit. C’est respirer une joie de vivre que nous exprimons dans une langue que la plupart des gens ne parlent pas sur notre continent. Nous sommes choyés par une richesse culturelle que la plupart des gens ne possèdent pas.

      En terminant, je ne suis pas d’accord avec votre affirmation selon laquelle je suis sans honneur. Je ne peux être plus fier d’où je viens et de ce que je suis devenu. Cependant, nous n’avons pas la même définition de ce que c’est que d’être Québécois. Nous avons une chose en commun : nous sommes tous les deux chanceux de vivre dans un pays où on nous laisse la libre pensée et la possibilité de l’exprimer. Donc, je ne peux condamner ou insulter votre façon de penser. La seule chose à laquelle je m’attends, si vous êtes un homme d’honneur, est que vous fassiez la même chose à mon endroit.

      Pour en savoir plus à mon sujet, n’hésitez pas à visiter mon site Web et lire à propos de mes réalisations, et ce, dans la langue de votre choix. Le choix…une belle liberté qui appartient encore aux Québécois!

  10. Il est bien triste de constater que le plus élémentaire respect de la langue française en Québec suscite encore tant de haine et d’attitudes irrationnelles de la part des tenants fanatiques du tout-anglais. Ou les tenants du bilinguisme social systématisé (et/ou le suprémacisme anglaisant): prodrome, à terme, au tout-anglais.

    S’il y a des gens de bonne foi capables de réfléchir à cette question d’ordre linguistique (bien que j’aie l’impression qu’il s’agit ici d’un seul enragé pro-anglais qui s’exprime sous plusieurs identités; possiblement Jacques Gaines lui-même, qui n’a d’ailleurs pas la réputation d’être particulièrement ouvert au français, bien que résidant au/à Québec), je suggère la lecture d’un texte intitulé « Les Bilinguistes. Grands sorciers des langues phagocytaires », à la page numérique suivante: http://www.vigile.net/Les-Bilinguistes-Grands-sorciers

    Court article qui aidera à comprendre combien Mme Morgane et M. Sébastien tiennent, ici, un discours extrêmement pertinent. Et rationnel.

    L’abyssal aveuglement idéologique des individus qui ne supportent pas qu’un petit territoire des Amériques puissent encore échapper au tout-anglais ne connaît plus de limite. Il s’apparente même de plus en plus à du terrorisme intellectuel, si on m’autorise l’oxymore. Car un terroriste, n’est-ce pas, n’a jamais, par définition, une capacité intellectuelle très développée. Le préjugé, l’étroitesse d’esprit, l’ignorance et l’aveuglement mental qui le caractérisent (je pense notamment aux « radios-poubelles », d’une indigence à faire frémir) l’entraînent, hélas, bien loin de la capacité à discuter avec calme et intelligence.

    Le phénomène est d’autant plus ridicule que plus de 80% des Canadiens bilingues (français/anglais) sont des Québécois… C’est dire, n’est-ce pas, la grande ouverture des « Canadians » à l’égard de la langue (et des citoyens) du Québec… Mais ce sont les Québécois, pourtant, que l’on traite de fermés, de xénophobes, de recroquevillés sur eux-mêmes. Voire, de racistes !!! Hallucinant ! Et surtout, d’une malhonnêteté intellectuelle qui ne tromperait pas un enfant… Quand on veut tuer son chien, on dit qu’il a la rage. Les anglophiles sont devenus de véritables spécialistes de ce type de raisonnements tordus. Pour eux, manifestement, seul importe l’objectif, peu importent les moyens : terrasser l’infâme.

    À savoir : terrasser définitivement la langue française.

    Quand c’est anglais, c’est bien ! / Quand c’est français, c’est de la xénophobie !
    Voilà toute la quintessence de la « pensée » des Belly, Jf et Pascal des lieux.

    Dieu que c’est d’une faiblesse intellectuelle ! Ils ne discutent pas : ils font la guerre.

    La guerre à un Québec qui refuse de s’écraser.
    En un mot : la guerre à la Dignité.

    En conséquence, je dis : Vive un Québec libre et français !

    Ça aura comme (premier) effet de nous libérer, enfin, de ces dévots anglophiles obsédés par l’idée de l’éradication définitive de l’une des langues les plus riches et les plus cultivées, et de loin, de la Planète : la langue de Victor Hugo, de Léopold Sédar Senghor et de René Lévesque.

    D’où l’importance d’organisations comme « Impératif français ».

  11. BÊTISE ET MAUVAISE FOI CHEZ LES COLONISÉS-TYPES

    Att. : Troy, JF et « Belly »
    (et d’autres à venir, certainement : souvent les mêmes d’ailleurs, sous divers pseudonymes)

    Une mauvaise foi confinant franchement à la bêtise.

    Sinon au fanatisme anti-Français et anti-Québécois.

    C’est ce que je constate une fois de plus chez ces audacieux « anonymes » Belly et JF.

    Maîtriser plusieurs langues est un atout. Nul n’en disconvient. À titre individuel.

    Mais une entreprise québécoise qui s’adresse en anglais à sa clientèle fait preuve non seulement d’un mépris extraordinaire de la langue – de l’unique langue – officielle du Québec, mais contrevient formellement la Charte de la Langue française du Québec.

    Si l’entreprise de Jacques Gaines était sise à Toronto ou Edmonton. Il n’y aurait pas de problèmes. Encore que… ça ne démontrerait pas beaucoup de respect pour l’«autre» langue officielle du KKKanada. Ce qui d’ailleurs est la norme !

    Le fanatisme anti-Québécois prend de plus en plus d’ampleur.

    Hélas – car le fanatisme n’est jamais signe d’intelligence – ces JF et autres Belly, qui n’ont pas même le courage de se présenter autrement que sous pseudonymes (la lâcheté constitue, je pense, la première «qualité» du fanatique), n’ont pas conscience, manifestement, que leurs comportements obtus et malhonnêtes, profondément irrespectueux aussi, se retourneront contre eux. Tôt ou tard.

    Comme si l’insulte, enfin, systématique (et le tutoiement qui plus est), constituait un argumentaire…

    Lamentable. Vraiment lamentable.

    Or, bien que bonasses, les Québécois finiront par en avoir plein le dos de se faire culpabiliser par les colonisés de cette sorte, incapables de faire preuve de la moindre dignité quant à leur langue et leur culture.

    L’Amérique du Nord est anglaise mur-à-mur. Même en KKKanada, où le français est pourtant langue officielle, cette langue n’est plus qu’une vue de l’esprit. Ottawa – la Capitale – comprise ! Mais ça ne leur suffit pas : Il leur faut aussi ce petit coin du Nord-Est du Continent nommé Québec.

    Mais j’ai confiance.

    Confiance que la dignité finira par triompher de la bêtise. Et de l’Aliénation.

    Alors, Merci à vous, M. Sébastien.

    Votre intervention est non seulement justifiée, mais nécessaire.

    Et Bravo ! à Impératif-Français, au passage, de refuser de se laisser intimider par ces fanatiques. Ridicules par définition.

    Le Respect commence nulle part ailleurs que dans le Respect de soi-même. C’est ce que j’ai toujours enseigné à mes enfants.

    Et aujourd’hui, je me vois objet de reconnaissance de leur part.

    Un pays et une culture, ça se construit petit à petit.
    Et peut-être surtout contre les «petits».

    Au sens de : petitesse (mentale, intellectuelle ou idéologique, indifféremment)

    MLM
    citoyenne québécoise trilingue

    • Merci Marie-Louise, vous êtes la raison pour laquelle je continu de travailler en anglais

    • Donc CE que vous me dites ma chère madame c’est que malgré le fait que je soit un colonisé anonyme  » en passant ce qui est faut lol » je suis foutrement intelligent parce que de un, j’ai trouver aisément la version française du site et deux je suis assez ouvert d’esprit pour comprendre que quelqu’un qui travail majoritairement en anglais a le droit d’afficher ses affiche web » donc mondial  » en anglais et sa fait de lui un traitre a la nation québécoise? Kkkanada. Savez vous ce qu’est le kkk. Vous y allez un peu fort n’est ce pas ? En passant saviez vous que l’individu que vous agresser au nom de la fameuse nation québécoise a été un fier représentant du Québec a travers le monde? Qu’il chantait dans un groupe connu hors Québec? Je sait que ce n’était pas du Raoul Duguay mais bon de temps en temps ca en prend des gens qui réussissent en dehors du Québec pour le faire connaître. Paskal ( belly ) L.

  12. Pouahahaha êtes vous sérieux? Je ne sait pas ce qui fait le plus peur le fait que vous ayez perdu autant de temps pour attaquer une personne qui travail dans les deux langues donc une des deux est la langue avec laquelle tu as plus de chance de réussir internationalement et qui possiblement élargie ta clientèle ou le fait qu’en 2016 il y ai encore des personnes apeuré comme vous qui ne savent pas choisir leur combat par poltronisme se cachant derrière leurs clavier d’ordinateur pour mener une guerre de clocher entre anglophone et francophone. Désolé pour mon français qui pourrait laisser a désirer je viens seulement d’un coin des Eastern townships ou les anglo parle français et vice versa mais au moins ont peu se vanter de ne pas sen faire avec des peccadilles tel que le choix des gens de faire des affaires dans la langue de leur choix. On s’occupe plutôt de franciser les immigrants le mieux possible de nourrir nos enfants, vous savez , les choses importantes. Je respecte votre opinion mais je suis certain que le choix de faire affaire avec qui vous voulez vous reviens. Puisque la langue ne vous satisfait pas je suis certain qu’un photographe ne parlant que le français ne doit pas être tres difficile a trouver également peut être un peu de vivre et laisser vivre serait de mise et plutôt utiliser votre hargne pour des combats plus important ou du moins a des niveau différent. Bonne journée

  13. Mais quelle petite petite personne tu es. Utilises les services d’un autre. Pauvre petit affronté. Qui es-tu pour déterminer les valeurs d’être québécois; s’il s’identifie comme québécois et a des opinions différentes des tiennes, soit en désaccord, mais sérieux, c’est pathétique ton affaire. Tu viens vraiment du petit village de Québec. Rien de plus important à faire que tirer des vers. Va ailleurs. Les meilleurs photographes du monde ne parlent que français, tout le monde le sait ça voyons donc. En plus, les photographes anglophones ne font que prendre des photos carrées, puis il n’y a rien de pire. Une chance que t’a mis son adresse, je vais éviter ce lieu. J’aurais peur de passer en face et d’oublier mon « je vous salut Marie », puis comment boire une 50 tablette. Sérieux, trouve toi un passe-temps qui a un peu plus d’allure. Peut-être une blonde, ou un chum. Des cours de yoga? Voyage le monde, mais pas comme le québécois fendant que toute la planète déteste, mais comme être humain décent. Ça fait dur ton affaire…

  14. Il est à l’image de la personne pour qui je n’encouragerais pas! Une personne qui se cherche une identité mais qui fuit la sienne … C’est misérable et hinteux! Je m’éloigne de cette arme de destruction massive ….

  15. Addendum –

    Lorsque l’on procède à une recherche, nous « tombons » systématiquement sur la page numérique suivante :

    http://jacquesgaines.com

    Sur laquelle non seulement il n’y a pas un mot de français, mais aucune manière de savoir qu’il pourrait y avoir un site correspondant en français.

    J’en conclus – s’il y a vraiment un site français – que M. Jacques Gaines s’est fait fort d’éviter au maximum qu’il soit connu ou repéré.

    Un Québécois de la rue « Gaspé », à Québec même, qui agit de la sorte en dit long sur son respect du Québec, de la Langue française. Et de lui-même…

    Et c’est absolument indigne.
    Sur tous les plans.

    Et les courageux « Troy » de ce monde ne font, manifestement, que cautionner pareil comportement profondément injurieux à l’égard de l’ensemble de la nation québécoise.

    Et de la Langue française de manière générale.

    Frédéric Sébastien,
    Lundi le 2 août 2016

    • What???

      Il y a un *** de BUTTON sure son website tu peux CLIQUER pour changer la langue entre ENGLISH et FRANCAIS.

      Est ce que tout le monde de la Gaspesie et si incapable a lire que toi, Freddy?

  16. De quoi est-ce que vous parlez ?

    http://jacquesgaines.com/?lang=fr

Les commentaires sont fermés pour cet article.