Grâce à Québec, l’américanisation de RONA est bien amorcée!

Rona 2016Je fais régulièrement des achats chez RONA l’entrepôt, principalement celui de Ville Saint-Laurent (Montréal) et aimerait répondre à un sondage. Surprise, de toutes les options (anglais et français), j’en choisis une en français, je clique dessus et tout, entièrement tout, est en anglais.
Je ne maîtrise pas bien cette langue, de sorte, que je ne trouve pas l’endroit où cliquer pour obtenir la traduction.

Je suis arrivé au Québec en 1979 comme immigrant reçu et j’ai choisi Montréal comme plaque tournante de la francophonie. Je suis disposé à faire comme toutes les provinces canadiennes; allez-y voir !
Il est extrêmement difficile de se faire comprendre en français; je serais donc tout à fait d’accord de pratiquer un unilinguisme radical au Québec et de bannir l’emploi de l’anglais, dans l’affichage et la vie courante ainsi que dans les nouveaux immigrants: parler français obligatoirement avant d’arriver. (pour ceux qui désirent s’établir au Québec)
Malheureusement pour moi, j’habite un quartier de Montréal anglophone et la nette majorité des habitants parlent cette langue; je me débrouille avec ceux qui sont francophones, pas de problème de ce côté.

À chaque fois que je vais voter, mon vote ne compte pas, les anglophones sont à 93 %, j’aimerais l’ajouter au PQ, section Parti Séparatiste, pur et dur.
Il faut des actions pour y parvenir, essayer de convaincre son entourage; sinon la pratique du français va se perdre, ce serait franchement dommage.

Gérard Routier

1 commentaire

  1. Quel beau témoignage de l’amuïssement lente mais certaine de notre langue!

Les commentaires sont fermés pour cet article.