RBC, un désastre linguistique!

RBC AssuranceJuste une brève note pour vous montrer à quel point il peut être offusquant pour les francophones d’être mal servis, et ce, par les plus grandes institutions. Eh oui, malheureusement les clients du Québec de RBC Assurances sont desservis par l’Ontario, dans ce cas-ci… un désastre linguistique!

Voici (ci-dessous) une copie de lettre que la compagnie d’assurance-vie RBC (Banque Royale du Canada) a envoyée à une cliente francophone du Québec. Pour fins de confidentialité, j’ai évidemment caché des détails importants. Il y a neuf fautes de français dans la 1re phrase, mais je me ravise en disant 10 fautes, car Docteur aurait dû prendre un e (car la cliente est en question est une femme médecin).   On devine que le reste de la lettre (après la 1re phrase) était déjà composé à leur système.

Une triste réalité trop souvent constatée.

Diane Gagné
Ottawa, Ontario


 

RBC Assurance - Lettre

4 commentaires

  1. Je suis aussi franco-ontarien mais je ne ferais jamais affaire avec cette banque tellement anglophone, Il y a de nombreuses années que je vis au Québec et je trouve que la langue française se porte de plus en plus mal.Les gens ne semblent pas s’en soucier. J’ai aussi refusé, il y a quelques années, l’offre de la banque Scotia pour mon hypothèque ( c’était l’offre la plus basse) mais quand j’ai vu le peu de français utilisé pendant la rencontre avec la personne responsable du dossier des hypothèques, je suis allé voir ailleurs. Il faut savoir se tenir debout.

  2. Madame Gagné, nous pouvons constater des fautes même dans votre lettre. Premièrement, les clients du Québec ne sont pas désservis par l’Ontario, mais plutôt par RBC Assurances qui siege en Ontario. Deuxièment, dans votre parenthèse, il y a un est de trop et finallement votre note manuscrite le mot français devrait avoir un f minuscule et une cédille au c.
    Donc, même une francophone comme vous, peut faire des erreurs, pourquoi critiquer un ou une anglophone pour ses erreurs. Un Franco-Ontarien

  3. Sauf qu’en France il y a plusieurs millions de français alors qu’au Canada la population de francophones se perd dans la multitude d’anglophones ajouté à cela les allophones qui ne s’intègrent pas. C’est le devoir du gouvernement de Québec de voter des lois pour obliger l’insertion de sa population à la langue française.

  4. Vous savez, en France, mis à part l’anglicisme « letter », on a aussi ce genre de prose, hélas !

Les commentaires sont fermés pour cet article.