Les Francophones de Flandre ont envoyé leur rapport à l’ONU

Nations Unies Droits de l'Homme 2015À l’occasion du deuxième Examen Périodique Universel (EPU) que la Belgique devra passer devant le Conseil des Droits de l’homme en janvier 2016, la « Coalition des associations francophones de Flandre (CAFF) » a fait parvenir sa contribution aux Nations Unies. Ce rapport, auquel ont participé l’Action Fouronnaise, l’Association culturelle de Dilbeek, l’Association culturelle de Leeuw-Saint-Pierre, l’Association de Promotion des Droits Humains et des Minorités (ADHUM), l’Association pour la Promotion de la Francophonie en Flandre (APFF) et Citoyens de Zaventem « est le fruit du travail de 6 associations représentatives de l’ensemble des francophones de Flandre, en ce compris la périphérie de Bruxelles et l’entité des Fourons » peut-on lire dans l’introduction du document de 10 pages dont nous vous livrons ici quelques extraits:

« Il y a plus de 300.000 citoyens, de langue maternelle française, qui vivent en Flandre. Cette minorité francophone en Flandre (5% de la population) n’est toujours pas reconnue comme telle ni protégée par la Convention-cadre du Conseil de l’Europe pour la protection des minorités nationales.

L’Etat belge n’a pas encore ratifié la Convention-cadre, près de 15 ans, après l’avoir signée. D’ailleurs, le Gouvernement flamand a déclaré plusieurs fois et récemment encore dans son accord de Gouvernement qu’il refuserait cette ratification. (…)

En l’absence de droits reconnus, notamment de disposer de subventions pour leurs activités culturelles et sportives, et que soit mis définitivement fin aux tracasseries administratives imposées par la Région Flamande tant dans les communes à statut linguistique spécial (les communes à facilités) que dans les communes dites ‘sans facilités’, les francophones de Flandre se sentent menacés d’assimilation forcée. »

Suivent six propositions de recommandations qui devraient aider les experts des pays membres de l’ONU dans leur travail. Ces recommandations qui seront détaillées ultérieurement, à la rentrée, concernent:

1) la ratification de la Convention-cadre pour la protection des minorités nationales;
2) l’identification des minorités nationales;
3) la ratification du Protocole n°12 interdisant toutes discriminations;
4) la mise en place d’un Institut National des Droits de l’Homme (INDH);
5) la collaboration avec la société civile;
6) les informations sur les droits de l’homme et l’EPU publiées sur le site internet des Affaires étrangères.

Le rapport, dont la version originale est en français, sera disponible prochainement en anglais.

Source :
Edgar FONCK
Coalition des associations francophones de Flandre (CAFF) Spreeuwenlaan
courriel: edgar.fonck@francophonie.be
site: http://www.francophonie.be/caff

1 commentaire

  1. Je pense qu’une des langues officielles de l’Organisation des nations unies est le français. Il est donc tout à fait légitime et respectueux que l’association des francophones de Flandre produise son rapport exclusivement en français. Que l’ONU en produise une version anglaise ou en mandarin pour ses membres c’est correct. Mais si c’est l’association elle-même qui doit lui fournir (ou qui décide de produire elle-même) la version anglaise c’est un geste d’assimilation et une façon de baisser les bras. Jespère que ce n’est pas le cas.
    pierrerivard1@videotron.ca

Les commentaires sont fermés pour cet article.