Nous aurions besoin d’un autre Dr Laurin…

Lettre ouverte

Nous aurions besoin d’un autre Dr Laurin…

On a une loi et des règles, mais c’est surtout pour consommation interne, car, à l’externe, on ne veut pas déranger ni nous affirmer. On assimile l’affirmation et la discussion publique à de la « chicane » et les Perreault du Québec à des radicaux. On préfère croire aux vagues incitatifs… et aux intentions pieuses… Je crois encore que ça traduit bien notre manque de confiance en nous, de fierté de ce que nous sommes et de courage collectif. On se perçoit, de plus en plus, comme une minorité en Amérique du Nord et une des nombreuses nations qui habitent le territoire québécois. On se regarde à travers la lunette des décideurs économiques et politiques du Canada.

De plus en plus j’ai le sentiment que nous sommes des névrosés finis car il semble bien que, dans l’histoire mondiale, c’est arrivé deux fois seulement qu’un peuple ait dit non à sa souveraineté à l’occasion d’un référendum et les deux fois ce serait arrivé au Québec.  On aurait peut-être besoin d’un autre Dr Laurin pour éviter notre « louisianisation » lente mais inexorable. Au gouvernement on commence même à parler du français comme langue prioritaire… pas comme la seule langue officielle d’usage public. Par exemple, dans l’indifférence totale, on  entend, à l’Assemblée nationale, à l’occasion de rencontres de presse, les attaché(é)s de presse de nos ministres « nationalistes », souligner, avec zèle et empressement , que le temps alloué à la période de questions en anglais est arrivé… On y entend une première ministre et des ministres faire des efforts incroyables et gênants, pour parler anglais. Et la langue d’usage comme facteur d’identification et d’intégration au Québec elle? Et la langue avec les entreprises et les entreprises de presse? Et les gestes d’affirmation nationale de notre gouvernement? Le respect de l’esprit de la Loi 101? Du vent pour l’interne?

Au-delà des signes ostentatoires il faut d’abord et avant tout connaitre et avoir une même langue pour se parler et se comprendre au Québec. Ce serait probablement plus facile de respecter les autres si on s’aimait assez pour commencer par nous respecter nous-mêmes. On va avoir besoin d’une excellente année 2014!

Bonne année 2014 et félicitations à Impératif français de garder la flamme allumée et pour l’immense travail accompli en 2013.

 

Denis Carrier
Gatineau

Étiquettes: