Gatineau : séduction à la défrancisation et à l’ontarionisation

Opération séduction en anglais du maire de Gatineau auprès de promoteurs immobiliers

Maxime Pedneaud-Jobin

Maxime Pedneaud-Jobin

Je prends acte de la sortie d’Impératif français contre le développement anglicisant de Gatineau. Félicitations!

Lors d’un entretien (beaucoup) plus vaste avec M. le maire Pedneaud-Jobin, ma conjointe et moi avons nous-mêmes mentionné ce problème grandissant. Notre quartier, ledit « Petit Champlain » (Parc Jacques-Cartier), est au coeur de la revitalisation de l’Île de Hull et le premier touché par cette menace à l’identité de notre ville.

Les choix fait par les administrations municipales jusqu’ici, notamment ceux de favoriser la construction de condominiums de « luxe » et d’octroyer des crédits de taxes foncières, ont favorisé de façon disproportionnée la clientèle ottavienne. Celle-ci est plus jeune (donc pouvant se satisfaire de condos) et/ou plus riches (donc pouvant en payer les prix faramineux). Certains promoteurs utilisent même les crédits de taxes pour louer leurs condos, le temps des réductions taxes, à une clientèle majoritairement d’étudiants ottaviens.

Toutes ces pratiques participent à l’anglisisation de notre quartier et contreviennent au Plan Particulier d’Urbanisme qui dit vouloir protéger l’identité francophone de Gatineau (sans parler de l’impact qui se fait attendre sur la revitalisation du centre-ville car, ces nouveaux concitoyens ne sont souvent que temporaires et conservent l’essentiel de leur « vie » au quotidien de l’autre côté de la rivière).

Je ne suis pas sûr que M. le maire actuel soit inconscient des risques connexes à sa démarche auprès des promoteurs ottaviens (je soupçonne plutôt qu’il veut ainsi délier la Ville de sa dépendance aux Heafey et Boless de ce monde). Néanmoins, je peux vous confirmer — pour l’avoir vécu au jour le jour dans mon quartier — que les pratiques actuelles de développement à la ville de Gatineau sont porteuse d’un risque d’anglicisation pour tout quartier qui en fera les frais sur le territoire.

Frédéric Miville-Deschênes
Quartier Petit Champlain
Hull, Gatineau