Un autre « coup de la Brinks »!

Les infirmières et préposées voilés ou enturbannées…

femmes voiléesM. Vaillancourt a été un maire très efficace, M. Accurso, un entrepreneur transcendant, sans doute l’un des meilleurs que le Québec ait connu! Pour autant, faut-il excuser leurs malversations et les encourager à les continuer puisque leurs activités nous ont procuré de si grands avantages? Il en va un peu de même pour les infirmières et préposées voilés ou enturbannées. Ce serait un chantage facile d’excuser leur marginalisation volontaire et éventuellement leur désobéissance civile sous prétexte qu’elles sont si gentilles, si compétentes.

 

Au-delà de ce chantage sentimental, à la Françoise David, ceux qui jouent sur ces cordes attisent également des peurs. Tout l’appareil des soins de santé reposerait sur la présence de ces Musulmanes qui autrement fuiraient, par dizaine de charters, vers le Canada, cet Eldorado des droits de l’homme et de la tolérance sans limites. Et le pauvre Québec, ses malades et ses vieillards abandonnés, se retrouverait sans soins, à la merci de tous les microbes et toutes des maladies!

 

Les cadres de la santé ne devraient pas céder à ce chantage facile et ils devraient assumer à plein toutes les responsabilités de leur charge, ce qui en inclut les aspects sociaux et identitaires. Au lieu d’encourager la fronde d’une fraction de leurs employés, ne devraient-ils pas les éduquer au respect du pays et du peuple qui les accueillent. Le renoncement à un caprice individuel, maquillé en liberté de religion, -allez-y voir!- n’est-il pas, en comparaison, bien peu de choses?

 

Hubert Larocque, Gatineau.