B’NAI BRITH NE RÉPOND PAS!

NOTE DE L’AUTEUR : Trois semaines après l’envoi du message ci-dessous, aucun des destinataires n’a daigné acquiescé la réception du message, encore moins offrir une réponse en guise d’explication.  Indifférence ou mépris envers la communauté francophone du Canada, de la part de la communauté juive et de certains de ses membres / représentants les plus en vue?  On est en droit de se poser la question.  Triste constant pour une organisation qui n’hésite pas à critiquer de façon virulente ce qu’elle perçoit être les moindres ‘injustices’ envers sa communauté.  On doit accorder le respect si on veut s’attendre à le recevoir.

PhG.

De : Philippe Gauthier 
À : « aahronheim@bnaibrith.ca »
Cc : « communications@bnaibrith.ca » ; « jack.jedwab@acs-aec.ca » ; « irwin.cotler@parl.gc.ca »  
Envoyé le : jeudi 3 janvier 2013 15h30
Objet : Désolant

Mme Ahronheim,

Voulant en savoir plus sur votre organisation, vos objectifs et vos valeurs, j’ai récemment consulté le site internet de B’nai B’rith Canada.  Quelle ne fut pas ma surprise de ne rien trouver d’autre que « Page en Construction » sur la version française de votre site.  En tête de page vous signalez votre existence depuis 1875.  Par conséquent, je présume que votre présence au Québec date d’au moins la période de la proclamation de la loi sur les langues officielles du Canada en 1969.  N’est-il pas raisonnable de croire que vous avez disposez d’une période de temps raisonnablement suffisante pour ‘construire’ la version française de votre site et ainsi partager vos valeurs, et votre richesse historique et culturelle avec la majorité francophone du Québec et les minorités francophones dans le reste du Canada?  À moins que d’autres motifs expliquent l’absence total de français sur votre site.  Je trouve cet état de fait très désolant, sinon méprisant, envers les francophones du Canada. 

Pour une organisation qui se targue de « …its groundbreaking work on matters of relating to antisemitism, racism and human rights…(sic) », j’aimerais vous suggérer de commencer par le respect de vos propres principes cherchant à combattre le racisme et la discrimination, et ce dans la communauté où vous vivez.

Philippe Gauthier