BAZZO.COM : LA QUALITÉ DE LA LANGUE DE VOTRE ÉMISSION

Équipe de Bazzo.com
Télé-Québec, Québec

Bonjour,

Objet : La qualité de la langue à votre émission

Att. : Marie-France Bazzo <info@bazzo.tv>  et  Info@TeleQuebec.tv  et  Pierre Duchesne <ministre@mesrst.gouv.Qc.ca>

Je serai bref.

Je me suis débarrassé de ma télévision il y a quelques années.

Aussi il m’arrive de temps à autre, désormais, de visionner une émission ici ou là, par le biais de la toile cybernéenne.

Et par exemple, votre propre émission du 24 courant, en http://video.telequebec.tv/video/13998/le-point-sur-l-actualite-24-janvier-2013

Mais quelle ne fut pas ma déception, ma déprime même, à l’écoute de la quasi-totalité des intervenants/invités (hormis trois ou quatre personnes, dont vous-même, madame Bazzo, ainsi que madame Boileau, monsieur Pierre Duchesne, monsieur Facal et monsieur Camille Bouchard, par exemple).

On a eu droit, de manière générale, à une qualité de langue lamentable : du jeune Paul St-Pierre-Plamondon, d’abord, à l’économiste et à son vis-à-vis (comptable) dans la discussion, ensuite, en passant par les critiques littéraires (eh oui !). Dieu que c’était pénible de les entendre, tous, tenir des discours approximatifs et confus. Une langue d’adolescent sinon de pré-adolescent. J’ai quitté l’écran et les lieux avant la venue de madame Chantal Lamarre, annoncée pour le « Tempo ». Ayant déjà vécu la difficile expérience d’entendre cette dame à « Infoman », je ne savais que trop que je ne pourrais « descendre » jusque-là sans perdre patience. Définitivement.

Bref, Bazzo.com est un concept qui en soit me plaît.

Sauf que cette émission perd très largement sa crédibilité, réelle ou potentielle, lorsque l’on constate qu’il est extrêmement rare (je me souviens d’émissions antérieures…) d’y entendre des gens s’exprimer dans une langue, non pas châtiée (ce serait, hélas, impensable, voire impossible), mais simplement « correcte ».

Banalement correcte. Sans plus.

Comment en est-on arrivé là, au Québec ???

Une langue pareille devient carrément insupportable.

En particulier à la télévision (à Télé-Québec de surcroît !). Où on est pourtant en droit, ce me semble, à titre de citoyen-contribuable, de s’attendre à un minimum – un minimum, dis-je bien – de qualité dans l’expression.

Je suis consterné.

Une langue de n’importe quoi à l’image de ce qu’est devenu désormais ce qu’un grand Premier ministre aura appelé autrefois (il y a deux ou trois années-lumière ?) « Quelque chose comme un grand peuple » ???

En clair, des milliards et des milliards de dollars investis en éducation, depuis la Révolution tranquille.

Pour en arriver là : à des gens de communication parfaitement incapables de communiquer de manière intelligible.

Frédéric Sébastien,
Québec, le 28 Janvier 2013