MONTRÉAL, VILLE BILINGUE

Montréal, ville bilingue : 1ère étape ders une anglicisation totale

La protection du français n’est pas une question de fédéraliste ou de souverainiste.
Si vous ne voyez pas que la situation se détériore, c’est que votre idéologie vous aveugle ou que vous êtes complètement débranchés du réel.

Faites quelque chose et vite avant qu’on ait passé le point de non-retour !

Le bilinguisme n’est jamais qu’une étape menant à la disparition d’une des deux langues, bien des linguistes le disent. Je parle anglais, mais lorsque la situation le justifie.

Je ne veux pas que mes enfants connaissent la souffrance de perdre leur identité ou pire d’avoir à faire le choix de perdre leur identité ou de se marginaliser !!!

Odette Hélie