MONSIEUR FRANÇOIS HOLLANDE

M. Perreault, copie à M. Hollande
contact@francoishollande.fr

Votre document ci-dessous sur l’apprentissage de l’anglais est intéressant.

François HollandeDites tout ça à M. Hollande et à ses assistants qui se sont précipités à Chicago la semaine dernière pour une réunion de l’OTAN (pour bien comprendre les souhaits de la super puissance anglophone qui d’une part veut angliciser tout le monde et d’autre part est en train de crouler sous les dettes publiques). Ont-ils parlé français?

Pourquoi la 1re visite oficielle du nouveau président français hors Europe a-t’elle été aux ÉU plutôt qu’au Québec comme je lui au demandé? On est de la Francophonie d’abord ou on ne l’est pas.

Réf. Le Monde: Francois Hollande, président de la République francaise participe a la photo de famille des chefs d’état après la réunion sur l’Afghanistan au conseil de l’OTAN a Chicago, dimanche 20 mai 2012. | Jean-Claude Coutausse / french-politics pour Le Monde

http://www.elysee.fr/president/mediatheque/photos/2012/mai/sommet-de-l-otan-a-chicago.13253.html

Respectueusement à vous et à M. Hollande

Pierre Demers  physicien président de la LISULF  23h 06 HAE dimanche 27V2012

=======

Le 27 mai 12 à 19:50, Impératif français a écrit :

SUPRÉMACISME ET MANIPULATION ANGLOSAXONS

L’interopérabilité linguistique!

Tout semble bon, incluant la manipulation, pour faire de l’anglais, la langue internationale des forces armées au détriment des autres langues internationales et de la diversité linguistique mondiale.

L’objectif suprémaciste anglo-saxon de la pensée unique est évident dans le texte suivant :
« L’amélioration de l’interopérabilité linguistique »
http://www.nato.int/docu/review/2005/issue2/french/art4.html

Faire de l’anglais une langue incontournable au point de détruire les autres langues, même celles où ont lieu les interventions de l’OTAN.

Les pays non anglophones de l’OTAN s’écrasent, se soumettent, pire participent à leur propre banalisation ou effacement sans s’y opposer!

Il serait plutôt intéressant de voir les pays non anglophones membres et alliés de l’OTAN et de l’ONU refuser de participer à ces opérations de destruction du prestige, de l’influence et du rayonnement, de la diversité patrimoniale, culturelle et linguistique planétaire.

L’Organisation internationale de la Francophonie et ses membres, notamment la France, le Canada, le Québec, ont ici un rôle important à jouer. Les verrons-nous intervenir?

Jean-Paul Perreault
Président
Impératif français
Recherche et communications
www.imperatif-francais.org