HÉ, TOI VIEIL HOMME ANGLAIS…

Hé, toi vieil homme anglais, mon ami de parcours il faut que je te parle

Tu parles une langue facile, remplie pour la moitié des  mots de notre français
Donnés par les Normands, du royaume de France, qui fondèrent ton pays en 1066.

Tu parles une langue facile, mais moi aussi j’en parle une belle, vaste et  harmonieuse,
Construite d’une façon  qui dit et va au fond des choses, et des idées, précise et ciselée
Comme un diamant bleu, qui rayonne aux quatre coins du globe, mais qui reste encore
Dédiée au luxe de la culture et de la connaissance.

Hé toi le fier Anglais qui aurait aimé dominer la planète entière, pourquoi ne fais-tu pas l’effort d’apprendre le Français?
Aurais-tu peur de découvrir un autre continent? Une autre manière de penser? Une autre civilisation?
Cet autre continent se nomme connaissance, culture et poésie, histoire et littérature
Non pas qu’en bel Anglais cela n’existe pas, mais à côté de chez toi, existe un continent
Sur lequel tu refuses d’explorer le langage, prenant bien pour normal
Que tous ces étrangers se doivent d’apprendre l’anglais, qui se voudrait  mondial.
Car après tout, dis-tu, à quoi bon m’enrichir de cette autre culture, mais oui je sais je sais
Mon Dieu est mon Droit, mais cela me suffit..

Sais tu qu’en ton pays, de l’Irlande jusqu’en Galles en passant par l’Écosse, des peuples
Dominés, s’en veulent quitter l’anglais imposé par la force pour revivre à nouveau en leur langue maternelle?
Hô vieil.  ami Anglais unilingue au soir de ta gloire de Britanniques vainqueurs,
Ayant étouffés, massacrés, oubliés les cultures locales, imposant de partout, the  british way of life
Des  peuples acculturés, fatigués peu british, viendront se ressourcer, à l’ombre du Français calme
Doux et serein et libre, mais surtout pas imposé…

Et nous dirons enfin à tous nos frères soumis, apprends donc le français, et retrouve ta gloire
Dans ta langue d’origine, apprends à dire je t’aime, oh toi mon frère humain, qui n’à que tes racines
Fussent-elles enterrées depuis ces derniers siècles, nous saurons nous Français, te les leur faire refleurir
Va-t’en mon vieil ami anglais qui m’a soumis, je ne me fâche pas, je ne me venge pas,
Mais il est temps enfin, qu’à l’aube de ce siècle, tu comprennes bien enfin
Que j’ai le droit souverain de vivre heureux chez moi en étant, qui je suis
Conforme à mes racines, qui sont mon ADN, et ma preuve d’identité
Inaliénable, unique, capable de jaillir, afin de mieux renaître

Ton vieil ami Français, et fier de l’être…

Michel LACAUX
France