GATINEAU : COMMENT NOUS DÉFENDRE?

Hier j’ai rencontré des défenseurs d’Aylmer devant les promoteurs qui reçoivent un All you can eat de la Ville de Gatineau.

HONTE aux élus de Gatineau qui vendent le territoire sans respecter ni leur parole, ni leurs citoyens!  Leur éco-village Connaught ( un exemple ) n’a d’écologique que le nom.

Le développement du Domaine des Frênes, suspendu présentement pour cause de faux rapport environnemental, est un autre exemple d’une longue chaîne de manipulations qui ne semble pas vouloir se terminer de sitôt. C’est angoissant à la longue! Dans quel genre de ville nous retrouverons-nous? Sur quel genre de Terre? Restera-t-il un seul arbre vert au bout???

J’ai habité à Deschênes pendant 13 ans. Un Deschênes surtout pauvre, mais tranquille au bord de l’eau avec sa faune, ses arbres et sa piste cyclable.

Peu de gens voulaient habiter là. Elle avait mauvaise réputation la ville ( c’était avant la fusion ). Les voyous de Deschênes. C’était vrai, mais y’avait et il n’y a pas juste ça. Y’a du bon monde, des familles qui sont là depuis 2 ou 3 générations, y a une vraie vie de quartier, plus enracinée que tellement d’autres, avec son voisinage, sa culture à elle, particulière, qui me faisait penser d’être dans un coin d’un village de Sept-Îles!

LÀ, maintenant, ils se sont aperçus que Deschênes c’était au bord de l’eau et moins cher, alors y construisent des condos DE LUXE en hauteur, collés au voisin ( en coupant des arbres matures au passage ) qui ne respectent plus le patrimoine écologique et humain de ce secteur ( un exemple ). Ils ont changé le zonage sans rien dire à personne. C’était déjà décidé. Avec des justifications écologiques sur la densité, etc.. L’écologie a le dos large. Les beaux mots sont très utiles quand on a le pouvoir et qu’on veut qu’ils justifient notre volonté et nous rapporte beaucoup d’avantages.

Comment les bloquer?!

Pour moi c’est le même combat que défendre le français. Ça l’a toujours été.

Tiens mon nouveau slogan: défendre le français, c’est défendre le Territoire, le terroir, l’Histoire! Défendre le français, c’est écologique! C’est résister à la coupure entre l’humain, la culture et la nature! C’est résister au déracinement. C’est résister au cash! C’est remettre en question une vision de DÉVELOPPEMENT dont la finalité première est et demeure « faire plus de sous et le reste on s’en fout, ou presque ». Défendre le français, c’est défendre Ma Nature et la respecter!

J’pense que je suis mûre pour renouveler mon adhésion à IF!

Une indignée. Bonne Saint-Jean!

Isabelle Beauregard
Gatineau