France – DANGERS DU TOUT-ANGLAIS

Lettre ouverte publiée dans Le Monde du 8 septembre 2012-09-10

On peut lire des choses extraordinaires dans Le Monde. Dans son édition du 16 août, dans l’article « trois universités françaises dans le top 100 du classement de Shanghai », François Garçon, enseignant-chercheur à Paris-I, proclamait que le français était « une langue morte » et d’ajouter : « C’est blessant, mais c’est la réalité. »

Dans la même veine, le producteur Gregory Bernard publie une tribune « Aidons le cinéma français tourné en anglais » (Le Monde du 4 septembre) dans laquelle il réclame que notre système d’avances sur recettes participe à ce principe. Et ce monsieur d’invoquer la French touch de Daft Punk (…), dont les tubes ont aussi la particularité d’être faits en anglais par des Français. En outre, il n’oublie pas de demander à François Hollande d’ouvrir « l’acteII de l’exception culturelle » par « l’utilisation décomplexée de l’anglais », donnant ainsi « les moyens aux artistes, aux producteurs et aux entrepreneurs de conquérir le monde » !

Rien que cela ! Pour ma part, je vois dans le tout-anglais le moyen le plus sûr et le plus rapide de perdre à la fois notre économie, notre culture et notre âme, dans l’indifférence du monde.

André Ponchel, Sens (Yonne)

Nous remercions M. Marc Favre d’Echallens, président de Droit de Comprendre, qui nous a fait parvenir une copie de cette lettre ouverte extraite du journal Le Monde du 8 septembre 2012