ATTITUDE COLONISÉE À GATINEAU

Les propos de Mme Laferrière à l’effet qu’il serait inconvenant que des employés municipaux parlent en français à des anglophones (même bilingues) sont parfaitement irresponsables. Il est indispensable et urgent que votre bureau fasse une mise au point au nom de la ville de Gatineau.  Cette attitude qu’Albert Memmi a déjà qualifiée de « colonisée » ne peut pas refléter la politique de la Ville. Nous ne sommes pas à Sudbury que je sache.

Gérard Laurin

PS
Dans un énoncé de politique linguistique signé par Lester B. Pearson et rendu public le 6 avril 1966 il y a un engagement à l’effet que le bilinguisme au fédéral ne peut en aucun cas nuire à la carrière d’un fonctionnaire anglophone unilingue.  La mise en place de la politique de bilinguisme a eu lieu dans le respect de cet engagement.   Les élus de la ville d’Ottawa (sous Larry O’Brien) ont exigé l’addition ce cette même clause à la dernière version de la politique linguistique de la Ville. 

A-t-on jamais jugé inconvenant que des employés municipaux d’Ottawa ou des fonctionnaires fédéraux s’adressent en anglais à des francophones ?