UNE ENTREPRISE COLONIALE

L’inconvénient des interventions extérieures

De jeunes révolutionnaires se soulèvent et parce qu’ils semblent  incarner notre style de pensée et de politique, on leur accorde tout de suite le statut de la légitimité exclusive et les droits d’un État.  Même dense,  une foule, sur la grande place d’une ville, représente-t-elle un pays entier?  Sans doute faut-il les aider, mais comment?  À lutter et à s’organiser mais dans une pleine indépendance.  » On a tendance à englober dans une réprobation sans nuances toutes les dictatures du Moyen Orient. Le fait que, sous des noms divers, elles tiennent tous les pays arabes depuis au moins deux cents ans devrait nous signaler qu’il s’agit d’une forme peut-être archaïque de gouvernement mais profondément ancrée dans l’histoire et justifiée, jusqu’à récemment,  dans le contexte.  Les changements doivent venir d’une évolution proprement arabe, du dedans de ces pays, et atteignant progressivement toutes les couches de la société.

Une intervention du dehors s’apparente à une entreprise coloniale et en produit les mêmes effets.  En se substituant, sous prétexte humanitaire, à un authentique processus arabe,  les frappes étrangères déséquilibreront la région pour des décennies peut-être.

Elles gèleront  le printemps arabe en le discréditant, et redonneront aux dictatures une nouvelle légitimité nationale.

Hubert Larocque, Gatineau.