ULTRAS TROUS DANS LE FROMAGE SAPUTO

Monsieur Jean J. Charest, premier ministre du Québec
Monsieur Raymond Bachand, ministre québécois des Finances et du Revenu
Madame Christine Saint-Pierre, ministre de la Culture et des Communications

Assemblée nationale

Québec (Québec) K1A 0A6

OBJET:    LES ULTRAS TROUS DANS LE FROMAGE SAPUTO POUR BÂTIR LE QUÉBEC EN ÉQUIPE

Monsieur le Premier ministre

Madame, Monsieur, chers ministres,

« C’est un grand honneur d’être nommé le tout premier entraîneur de l’Impact en MLS. Merci beaucoup. Maintenant, en français fini », a lancé Jesse Marsch en guise d’introduction, sourire en coin, comme nouvel entraineur de l’équipe de soccer professionnelle de Montréal dans la Major League Soccer. Fini le français? Le président fondateur de l’Impact, Joey Saputo, cautionnera-t-il de nouveau un tel impair par un autre de ses silences forts révélateurs en dévoilant une telle nomination devant la presse ?

En effet, amené moins d’une semaine auparavant à commenter et à expliquer à la télé de Radio-Canada, les quatre étoiles du nouveau logo de l’Impact en MLS – qui correspondent en fait aux quatre emblèmes floraux des communautés bâtisseuses apparaissant sur le drapeau de la Ville soit : le lys français, le chardon écossais, la rose anglaise et le trèfle irlandais (et les autochtones?) – le PDG Saputo a été incapable de mentionner, dans un long silence gênant pour les téléspectateurs, cette quatrième étoile associée au français, la langue officielle du Québec et celle de la Ville de Montréal !

Comme ce fut mon cas il y a quelques mois seulement, il faut expérimenter l’achat de billets d’entrée à l’accueil de ce Stade Saputo, rue Sherbrooke dans l’Est de la ville — dans la pôle touristique Maisonneuve où l’on a érigé déjà un monument en l’honneur de Maurice Richard, ce héros national qui a su tenir tête à l’establishment anglo-canadien – pour constater rapidement que la langue de travail à cet endroit (sous prétexte que l’entreprise embauche moins de 50 employés?) est plutôt et manifestement… l’anglais.

Tout cela dans une équipe de sport professionnel montante qui a obtenu à ce jour 23 $ millions du gouvernement du Québec pour le seul agrandissement, d’ici un an, d’un nouveau stade conditionnel à son entrée en MLS. Tel que le soulevait déjà et en toute cohérence le député de Québec Solidaire, Amir Khadir, le problème c’est que la famille Saputo et son entreprise transnationale de fromagerie (et indirectement sa filiale sportive sous forme d’OBNL qu’est l’Impact de Montréal) se seraient livrées à des montages financiers hors Québec pour contourner l’impôt : de la planification fiscale agressive. Conséquence : Revenu Québec leur réclame toujours 15 millions $ !

De surcroit, le vice-président exécutif de l’Impact est M. Richard Legendre cet ex-ministre péquiste de la Jeunesse, du Tourisme, des Loisirs et du Sport et ex-candidat à la chefferie du PQ – parti parrain de la loi 101 – qui aurait tout intérêt, à mon sens, à démontrer plus clairement à son PDG toute la spécificité francophone dans ce soccer relativement naissant au Québec et tourné vers les Amériques. À ce chapitre, le Cirque du Soleil n’est-il pas un bel exemple d’entreprise financée déjà par l’État et notre mouvement coopératif financier et qui réussit admirablement cette promotion du français et du Québec dans le monde ?

Bâtir une entreprise ne commence-t-il pas aussi et surtout par le respect des lois fiscales que vous vous devez de faire respecter tout comme le respect du français et cette langue parlée par des milliers de partisans, qu’ils soient « d’Ultras» fans et contribuables ou non ?

Jean-François Lemieux
Arrondissement Rosemont, Montréal

C.c.:
Monsieur Joey Saputo, président fondateur de l’Impact de Montréal
Monsieur Richard Legendre, vice-président exécutif de l’Impact de Montréal
Médias