LE VOTE DE BONAVENTURE ? (Version 2)

Peut-on juger le vote de Bonaventure? (Version 2)

Sans entrer dans le détail de cette polémique, la vraie question serait celle-ci: l’exercice électoral est-il une démarche humaine, donc relative et faillible, ou bien un dogme excluant l’analyse et la critique. Nous suggérerions un critère général et non partisan: l’intérêt national. Il reste à définir ce qu’il faut entendre par intérêt national, ce qui au Québec ne va pas de soi. La Conquête de 1760, le colonialisme intériorisé qui en résulte, ont introduit une dualité dans les esprits et les comportements. Où l’indépendance serait considérée comme normale et seul destin acceptable pour un peuple, beaucoup, sans le percevoir explicitement, baignent dans la dépendance et la collaboration comme des poissons dans l’eau. Non seulement, ils ne le voient pas mais encore ils s’offusquent qu’on le leur fasse remarquer, et ce dans la mesure où la preuve est irréfutable! Ce sont les tenants du caractère absolu des verdicts électoraux, quand ceux-ci  paraissent aller dans leur sens! L’histoire nous enseigne pourtant que des élections ont approuvé des régimes douteux, des choix ruineux. Ô aveuglement, conformisme et lâcheté collective, que de crimes ne commet-on pas en votre nom!

Hubert Larocque, Gatineau