AMHERST FAIT ENCORE PARLER DE LUI !

« Tout est dans la manière… » (Éditorial, Le Droit, 4 février 2011)

Objet: « Tout est dans la manière » (Le Droit, 4 fév. 2011)

Monsieur Bergeron,

La présente fait suite à vos propos « le débat créé de toutes pièces par Impératif français et Jean-Paul Perreault » au sujet du changement de nom de la rue Amherst par M. Perreault en page d’actualité dans Le Droit.

Même si je réside à Gatineau que depuis trois ans, j’ai habité et j’habite la région depuis 1946 ce qui me donne sans contredit un certain degré de connaissance de l’Outaouais. Concernant le changement de nom de la rue Amherst proposé par M. Perreault d’Impératif français, je suis tout à fait d’accord comme Francophone et Québécois. Ce qui me surprend davantage, M. Bergeron, ce n’est pas la proposition de M. Perreault, mais plutôt le temps que cette « nouvelle » a pris à vous faire réagir comme journaliste ou éditorialiste.

Je me demande effectivement aujourd’hui si les membres du Comité de toponymie du Québec, ou de la Ville de Gatineau ou de l’ancienne Ville de Hull, à l’époque de la nomination officielle de la « rue Amherst » savaient et/ou étaient au courant de l’histoire de génocide entourant le Lieutenant-Général Amherst? Si dans l’affirmative, nous n’avons donc pas à être trop fiers de ces spécialistes de la toponymie! S’ils ne connaissaient pas l’histoire, ils ont donc manqué gravement à leur responsabilité.

Je trouve M. Perreault d’Impératif français plutôt courageux de défendre le fait français au Québec et les faits de génocide, pas vous? Si les gens « de la rue Amherst ne montent pas aux barricades » comme vous dites dans votre article, se peut-il tout simplement que ces braves gens de la rue Amherst ne désirent tout simplement pas s’aventurer dans une bataille d’indignation avec la « Ville »… considérant la réputation de notre fameux Conseil municipal par les temps qui courrent? Ce n’est pas non plus, M. Bergeron, parce que les gens se montrent indifférents à vos sondages ou autres qu’ils sont contre le changement de la « rue Amherst »!

Vous n’avez qu’à considérer, Monsieur, le fiasco de l’aréna Guertin ou du Centre multifonctionnel (rue Montcalm) ou des projets de M. Gilles Desjardins de Brigil ou du laisser-aller de la Ville dans la gestion des raisons sociales unilingues anglais seulement pour constater à quel point tout résident de Gatineau pourrait éprouver une certaine forme d’appréhension d’affronter les élus de la Ville ou encore moins les membres d’un comité de toponymie de la Ville.

Jean-Francois Raynault.