SLEEP COUNTRY AU QUÉBEC

Madame,
penny.jerkovic@sleepcountry.ca

Je me permet de vous écrire pour vous exprimer mon indignation devant les pseudos « arguments » que vous avancez pour justifier votre décision d’ouvrir des magasins en anglais à Gatineau alors que vous avez ouverts des magasins en français ailleurs au Québec. Non seulement ces arguments sont-ils fallacieux, voire absurdes, mais ils démontrent également une mauvaise foi considérable qui me pousse à vous écrire pour vous faire part de mon indignation.

1. Vous dites que vous gardez votre nom anglais parce qu’il y a des fonctionnaires québécois qui travaillent en Ontario. Ça n’a aucun rapport. Il y a beaucoup de fonctionnaires ontariens qui travaillent à Hull, allez-vous nommer vos magasins ontariens « Dormez-vous » ??? C’est « deux poids, deux mesures »… cette raison que vous mentionnez pour justifier votre raisonnement douteux est à la fois loufoque et absurde.
2. Vous dites que SSC est établie à Ottawa depuis 2001 et qu’elle y sert joyeusement ses clients francophones (en anglais bien sûr) depuis ce temps. Bravo! Pourquoi vous êtes venus au Québec si vous servez déjà la population québécoise depuis votre magasin anglophone d’Ottawa, ou AUCUN service n’est disponible en français? PERSONNE ne parle français dans votre magasin d’Ottawa, tout est en anglais, vous ne pouvez pas prétendre bien servir vos clients québécois là-bas depuis 2001, c’est un mensonge et une aberration. Voilà pour votre second « argument ».
3. Vous dites que SCC fait de la publicité en français. J’ESPÈRE!!! SCC veut faire de l’argent avec les francophones, alors elle fait paraître des publicités en français, ce n’est pas un service que vous rendez à la population francophone, c’est un moyen pour vous de faire de l’argent. Évoquer un tel argument revient à la mauvaise foi la plus élémentaire.
4. Vous dites que SCC se fait demander par des clients de déménager à Hull/Gatineau. Vos clients vous ont encouragés à vous établir au Québec (enfin, c’est ce que vous dites….), pas à prendre un nom anglais!!! Décidément, vous êtes un peu mêlés.
5. Une entreprise sérieuse commande des sondages, fait des études de marché, réunit des groupes de discussion etc. D’autres entreprises, moins professionnelles, « posent des questions à leurs employés ». C’est tout dire de votre amateurisme, vous feriez rire de vous dans les cours de MBA.
6. En effet, vous ne violez pas la loi; la plupart des gens considèrent que c’est normal de ne pas violer la loi, mais vous sembler penser qu’il s’agit de tout un accomplissement. Quel bon citoyen corporatif vous faites!
7. L’Outaouais est au QUÉBEC, pas en Ontario. Vous avez décidé de remplacer la réalité par votre vision colonialiste, et je ne peux trouver les mots pour exprimer mon dégoût. Avez-vous des cartes géographiques, c’est même écrit dans le dictionnaire!!
8. Votre « stratégie de marque » m’inspire BEAUCOUP de méfiance, mais AUCUNE confiance.
Père de famille et propriétaire d’entreprise, j’ai peu de temps à ma disposition, mais votre conduite et vos écrits m’indignent tellement que je vais faire le sacrifice d’aller manifester devant votre magasin anglais situé à Gatineau. J’ai vraiment autre chose à faire, mais quand une compagnie anglaise fait comme si elle était en Ontario, manque de respect envers ma langue et me dit, dans un élan assimilateur et colonialiste, qu’elle considère que l’Outaouais fait partie d’Ottawa, je ne peux faire autrement que d’aller lui exprimer le fond de ma pensée, à l’écrit comme à l’oral.

Il y a d’excellentes entreprises québécoises de l’Outaouais qui offrent des matelas de première qualité. Or, vous me poussez vers elles, bien que ce ne soit pas nécessaire dans mon cas. Pour votre information, j’ai interrogé quelques membres de mon entourage (bref, une méthode tout aussi scientifique que la vôtre) sur leur perception de votre entreprise. Pour résumer, vous êtes un peu perçus comme le « Wal-Mart » des matelas cheap. Si en plus, vous êtes perçus comme étant francophobes et assimilateurs, bonne chance pour votre image de marque au Québec!!!

Vous voulez m’assimiler, eh bien vous allez me trouver sur votre chemin, et vous verrez la fin de semaine prochaine que je suis loin d’être le seul!!

Veuillez agréer, Madame, l’expression de mes sentiments indignés.

Pascal Roseau