SAGE DÉCISION DE GILLES VIGNEAULT!

Gilles Vigneault a dit non aux Jeux Olympiques de Vancouver. Il a refusé que sa chanson Mon pays soit interprétée ou utilisée de quelconque façon pour la cérémonie d’ouverture de ces Jeux. Sage décision d’un grand poète. Même au delà des considérations nationalistes, qu’aurait-on fait de cette chanson justement qui parle de l’hiver. « Mon pays ce n’est pas un pays, c’est l’hiver /…Ma maison ce n’est pas ma maison, c’est froidure ». À Vancouver on est presque rendu à la fin du printemps. Soyons sérieux ! Ces jeux ne sont donc pas très représentatifs de l’hiver et encore moins de l’hiver de Vigneault. Le poète a craint aussi que l’on utilise sa chanson dans un contexte inacceptable. Il a eu raison à tous les niveaux. Depuis la tenue de la cérémonie d’ouverture, ces Jeux de Vancouver sont devenus un contexte inacceptable pour les francophones du Québec et du reste du Canada. La langue française et la culture francophone y sont presque entièrement évacuées.

Aurait-on pu imaginer entendre cette magnifique chanson de Gilles Vigneault sous le drapeau du Canada. Cette chanson qui se termine ainsi , « C’est pour toi que je veux posséder mes hiver« . On aurait voulu d’ailleurs amputer cette dernière ligne de la chanson. Par dessus tout, Vigneault a refusé que l’on utilise sa chanson à des fins douteuses, qu’on la traduise en anglais etc. Au pire il aurait aimé avoir un droit de regard lors des répétitions à Vancouver sur l’utilisation de sa chanson. Il a donc refuser de libérer les droits de sa chanson. Une belle et sage décision. En fait, les Jeux Olympiques de Vancouver ne méritaient pas qu’on leur donne une chanson d’un des plus grands auteurs-compositeurs-interprètes de langue française.

Yvan Giguère
Fondateur du Concours national de paroliers de langue française
www.paroliers.qc.ca