PARLER FRANÇAIS À MONTRÉAL

J’étais assis sur un banc de parc aux pieds du Mont-Royal un superbe samedi après midi de fin d’été. Une jeune femme avec un bébé d’à peine 2 mois s’approcha de moi et me demanda, dans un français un peu hésitant et avec un fort accent, « si je peux m’asseoir avec vous. » Je lui répondis un peu à la blague: Avec plaisir, Madame. Vous savez, à mon age, ce n’est pas tous les jours qu’on se fait « accoster » par une belle jeune femme dans un parc. Elle sourit discrètement en s’assoyant.

Je suis américaine, j’ai vécu toute ma vie dans le sud de la Californie et j’immigre ici à Montréal, au Québec, en permanence avec mon mari et ma fille. Je suis ici depuis quelques jours seulement. Bienvenue au Québec Madame, et je vous dis ça sincèrement. On a besoin de belles jeunes personnes ici. Avez-vous déjà vu de la neige? Parce que vous savez que vous ne perdez rien pour attendre, ici! Non, je n’ai jamais vu de neige, mais je suis au courant, et j’ai hâte, qu’elle me dit en souriant. Deux ou trois mois au maximum, Madame, et vous allez être bien servie. Croyez-moi, ha, ha, ha…

Elle me regarda droit dans les yeux et j’ai vu qu’elle était un peu émue : merci de me parler si simplement et si franchement en français, Monsieur. Bien, c’est normal, Madame. C’est ma langue. Je parle le français. Oui, mais personne ne semble vouloir me parler en français ici. Tous mes voisins semblent être anglophones, et tous les francophones que je rencontre semblent refuser de me parler en français. C’est un peu comme s’ils refusaient de m’intégrer à leur langue, c’est un peu comme si je n’étais pas assez bonne pour eux. Un peu comme s’ils pensaient que je ne serais jamais capable d’apprendre leur langue.

Voyez-vous, Monsieur, je suis médecin. Je me donne environ 18 mois pour rester avec ma fille, apprendre parfaitement le français, et puis après commencer à travailler. Je suis un peu découragée de cette situation et pour tout vous dire ça me fait de la peine.

Les gens qui refusent de vous parler en français ici, Madame, le font pour plusieurs raisons, mais ce ne sont pas les raisons que vous évoquez. Vous arrivez d’un pays, Madame, comme vous le savez sans doute, qui n’est pas parfait, loin de là, mais qui a l’avantage de traiter ses citoyens en adulte. Ici, c’est un peu le contraire. C’est un pays très socialisant. La mentalité en général, est que les gouvernements doivent tout régler, et le rôle et l’importance des agissements individuels sont minimisés. Cette mentalité est profondément encrée chez nous.

Presque tous les francophones qui refusent de vous parler en français, sont fanatiquement en faveur des mesures de protection de la langue française, des mesures d’intégration des immigrants à la langue française; mesures venant des gouvernements. Mais, par ricochet, ces mêmes gens minimisent radicalement l’importance de l’effort de chaque individu à la cause du français. C’est assez paradoxal, mais c’est comme ça. En plus, probablement inconsciemment, ces francophones, ne voulant pas être associés aux mesures de protection de la langue française, essaient d’être  »cool » en parlant anglais à quelqu’un qui semble avoir l’anglais comme langue première, ou qui semble parler mieux l’anglais que le français.

Il y a d’autres raisons que j’appellerais secondaires : mauvaise habitude, réflexe de colonisé, un peu de paresse ; pourquoi parler français à quelqu’un qui semble avoir de la difficulté à parler français quand on peut simplement se parler en anglais…

Évidemment, ceci amène beaucoup d’insatisfaction dans la communauté anglophone et chez plusieurs immigrés. Ces gens sont forcés par les autorités à s’intégrer à la langue française et cette intégration ne correspond pas à une réalité sur le terrain, et s’avère souvent inutile!! Ils sont en  »beau maudit » ; et ils ont raison.

Il y aurait une belle thèse de sociologie à faire là dessus, qu’elle me dit. En effet, Madame, en effet.

Si vous voulez que l’on vous parle en français ici à Montréal, Madame, vous n’avez qu’à faire comme Ean Higgins. Vous connaissez son histoire? Non, je ne la connais pas. Ean Higgins a vécu 30 ans en Australie. Il a un diplôme universitaire de haut niveau en littérature française. Il parle le français avec l’accent d’une vache espagnole. Ean était totalement incapable de se faire parler en français ici à Montréal. Il avait beau dire aux gens qu’il était une autorité de la langue française; rien à faire. Il décida un jour de dire aux gens qu’il venait de Saint-Pierre et Miquelon. Connaissez-vous Saint-Pierre et Miquelon? Non, je ne connais pas. Saint-Pierre et Miquelon sont deux petites îles de possession française ici dans le golf du Saint-Laurent. Alors, mon Higgins s’est mis à dire aux gens qu’il ne parlait que très peu l’anglais et que l’accent qu’il avait était l’accent de Saint-Pierre et Miquelon ; c’est-à-dire un mélange de français de France, de français de l’Acadie, de français du Québec et de l’anglais de Terre-Neuve. Il paraît que ça marche. Les gens lui parlent en français. Vous pourrez essayer ça. Vous pourrez dire aux gens que vous venez de Saint-Pierre et Miquelon. Elle rit de bon cœur.

Sur ça, Madame, j’ai rendez-vous, et je dois vous quitter. Ha, merci Monsieur, vous avez été si gentil. Merci beaucoup. Ça m’a fait plaisir, Madame. Je vous réitère mes souhaits de bienvenue ici au Québec, à vous et à votre famille. Vous allez voir avec le temps que tout compte fait, le Québec est le plus beau pays au monde…

Jacques Lafond