LUCIEN BOUCHARD : QUÉBÉCOIS D’ORIGINE NON CONTRÔLÉE

La sortie de Monsieur Bouchard m’apparaît très calculée. C’est comme s’il s’ennuyait et qu’il manquait d’attention publique. Pauvre lui, il continuera à me prouver qu’il n’a jamais été un souverainiste.

Comme souverainiste de la première heure, je n’étais pas chaude à l’arrivée de Lucien Bouchard à la tête du Parti Québécois comme chef, surtout qu’on l’accueillait comme un  »sauveur’. Pour moi il arrivait sur le tard et il avait profité de tous les avantages du fédéralisme (y compris du poste d’ambassadeur du Canada à Paris)… Dans mon langage, Monsieur Bouchard est un opportuniste très  »lucide » pour lui-même. Il n’a d’ailleurs jamais été un militant. Je connais très bien la vie politique étant issue d’une famille de politiciens et de journalistes, ayant moi-même oeuvré dans des cabinets politiques, mais chez nous l’opportunisme n’était pas reconnu comme une qualité. C ‘est vrai qu’il a droit à ses opinions, mais de la façon dont il agit ça donne l’impression que dans le fonds il est toujours resté fédéraliste-conservateur et que son passage au Québec n’aura été qu’un divertissement pour lui et il aura ainsi servi à ralentir l’élan des souverainistes. Son ton moralisateur ne m’impressionne pas et je considère qu’il manque totalement d’honnêteté intellectuelle. Présentement Monsieur Charest lui doit une fière chandelle, Monsieur Bouchard aura réussi à distraire le peuple et les médias pendant un certain temps et ainsi de diluer l’importance des scandales entourant Monsieur Charest.

Lucien Bouchard a sûrement reçu déjà tous les honneurs des deux gouvernements, il ne lui manque probablement que la médaille à l’effigie du Lieutenant gouverneur du Québec.

Peut-être que Monsieur Charest pourra lui en faire frappée une à son image! Ce qui pourrait peut-être satisfaire son égo!

Marie-José Gagnon
Québec