LIGUE CANADIENNE DE FOOTBALL

Le 4 août 2010

Madame Éva LUDVIG, représentante du Commissaire Commissariat aux langues officielles du Canada
425, boulevard de Maisonneuve, Ouest, bureau 904
Montréal (Québec) H3A 3G5

OBJET : DÉPÔT D’UNE PLAINTE OFFICIELLE – LE FRANÇAIS DANS LA LIGUE CANADIENNE DE FOOTBALL (LCF)

Madame,

Jeudi dernier le 29 juillet au Stade McGill à Montréal se tenait un match de la saison régulière d’une institution toute canadienne soit la Ligue canadienne de football (LCF) opposant les Champions 2009, les Alouettes de Montréal et leurs adversaires et visiteurs du jour, les Argonauts de Toronto. Ce match était présenté devant une habituelle salle comble de 25 000 spectateurs dans la seconde plus populeuse ville du Canada. En plus, ce match était sans doute télédiffusé auprès de centaines de milliers de téléspectateurs, francophones et anglophones, par l’entremise de nombreux réseaux de télévision et de radios[1]. Tout au long de ce match, l’arbitre en chef annonçant l’ensemble des pénalités et décisions, un francophone soit monsieur André Proulx, n’a jamais divulgué à l’assistance — sans doute majoritairement francophone et par conséquent, à ces milliers de téléspectateurs — la moindre décision en français, contrevenant ainsi et totalement au respect intégral de la Loi sur les langues officielles en vigueur au Canada depuis plus de 40 ans soit depuis 1969.

En conséquence, je tiens à me joindre à d’autres plaignants repris déjà dans un quotidien d’importance qu’est Le Devoir[2] et déposer officiellement une plainte auprès du Commissariat aux langues officielles du Canada afin que tous les propriétaires, les dirigeants, le personnel, les joueurs et les concessionnaires de cette Ligue et leurs équipes membres, actuelles et futures, se conforment à l’intégrité de la loi; que les matchs soient présentés dans toute municipalité du Canada en matchs pré saison, réguliers et des séries éliminatoires ou même éventuellement, à l’étranger à titre de vitrine culturelle de promotion d’un Canada officiellement bilingue, comme le sont des événements telles les Cérémonies d’ouverture et de clôture de Jeux olympiques.

Si elle aspire aux plus grands honneurs et aux plus grands développements de ses stratégies d’affaires que ce soient dans des villes actuelles ou celles possibles d’expansion que sont Québec, Halifax ou Moncton où vivent une majorité sinon d’importantes communautés francophones; la Ligue canadienne de football (LCF) se doit d’exercer un minimum de respect envers le français et les milliers de personnes consommatrices d’un tel produit sportif et qui vivent au quotidien dans la langue de Molière, l’une des langues fondatrices de ce Canada.

Entre temps, je demeure, Madame Ludvig, à votre entière disposition pour vous apporter tout autre renseignement pouvant compléter et vous aider à accélérer, dans les meilleurs délais, le règlement total et entier de la présente plainte. Veuillez agréer l’expression de mes sentiments les meilleurs.

Sincèrement,

Gérard Briand, MBA (entreprises collectives) 4550, avenue Charlemagne, app.2, Montréal (Québec) H1X 3P2

c. c. : § Monsieur Mark Cohon, Commissaire, Ligue canadienne de football (LCF), Toronto
§ Monsieur Larry Smith, Président et chef de la direction, Les Alouettes de Montréal § Ministres, députés, médias.

[1] Liste des stations de télés et de radios diffusant les matchs de la Ligue canadienne de football (LCF) : http://www.lcf.ca/page/diffuseurs_lcf
[2] « Un manque de respect » par Jean Piuze, Section « Lettres aux lecteurs », journal Le Devoir, Montréal, mercredi 4 août 2010 : http://www.ledevoir.com/politique/canada/293704/lettres-le-manque-de-respect