LE TERMINAL DE RENAUD-BRAY INFÉRIORISE LE FRANÇAIS

Réponse à la lettre ouvertes de Renaud-Bray :

Priorité

L’anglais apparait en premier; il est donc prioritaire.  Quelle est la pertinence d’avoir un terminal bilingue pour une librairie francophone.  Et pourquoi choisir un fournisseur qui programme l’anglais en premier ?

Maxime Courval

RENAUD-BRAY TROUVE INJUSTE…

En réponse à la plainte de M. Maxime Courval publiée sur votre site Internet le 25 décembre dernier, et après vérification, les terminaux de paiement par carte installés aux caisses de nos points de vente sont bien bilingues, mais ils n’accordent aucune priorité à l’anglais: les instructions sont inscrites en anglais et en français dans des caractères très lisibles, et de même taille. D’ailleurs, j’aimerais porter à votre attention que ces terminaux sont ceux de notre fournisseur, SOLUTIONS MONERIS, et qu’ils sont utilisés dans plusieurs dizaines de milliers de magasins au Québec. L’affichage est préprogrammé et ne peut être changé par le marchand.

Par ailleurs, je trouve injuste les allusions au fait que Renaud-Bray manquerait d’ouverture d’esprit ou d’engagement envers la communauté québécoise: depuis plus de 45 ans, Renaud-Bray a largement contribué à l’essor et à la diffusion de la culture francophone au Québec, au Canada et aujourd’hui à travers l’Amérique du Nord. Nos librairies ont permis le développement d’une industrie québécoise du livre et des produits culturels comme personne n’aurait pu l’imaginer il y a 35 ans. En 2000, Renaud-Bray a fait l’acquisition de plus de 20 librairies déficitaires qui opéraient sous les bannières Garneau et Demarc, et les a sauvées d’une fermeture certaine. Aujourd’hui, Renaud-Bray est le plus important libraire francophone d’Amérique du Nord, et présente une sélection de titres québécois et français qui dépasse de très loin celle de n’importe lequel de nos compétiteurs.

Blaise RENAUD
brenaud@renaud-bray.com