LE MONDE DE L’ENSEIGNEMENT ET LES FAUTES DE FRANÇAIS

asulf ASSOCIATION POUR LE SOUTIEN ET L’USAGE
DE LA LANGUE FRANÇAISE
Personne morale constituée en 1986, sous le nom de Association des usagers de la langue française,
en vertu de la IIIe partie de la Loi sur les compagnies (chap. C-38)

Fondateur et président honoraire : Robert Auclair

À publier immédiatement

COMMUNIQUÉ

Entente de principe dans le monde de l’enseignement. Bravo!
À quand une entente pour corriger des fautes de français
dans la convention collective?

Québec, le 2 juin 2010. – Les médias nous apprennent qu’une entente de principe est intervenue entre les comités patronaux de négociation, dont le ministère l’Éducation, la Fédération des syndicats de l’enseignement (FSE – CSQ) et l’Association provinciale des enseignants du Québec (APEQ) sur un point très important, celui du nombre d’élèves par groupe au primaire et au début du secondaire. Voilà une bonne nouvelle!

À plusieurs reprises depuis 1986, l’Asulf a invité les parties à corriger une cinquantaine de fautes de français dans la convention collective du personnel enseignant. Ces fautes ont été conservées comme s’il s’agissait de reliques, de sorte qu’elles atteignent maintenant leur 25e anniversaire.

Peut-on blâmer des membres du personnel enseignant de faire des fautes de français quand les négociateurs se foutent de la correction de la langue depuis un quart de siècle?

À l’approche de la Fête nationale ne pourrait-il pas y avoir une entente de principe pour respecter la langue française dans la convention collective du personnel enseignant au Québec? Il s’agirait là d’un geste concret, en plus des beaux discours.

Source :

Robert AUCLAIR
418-654-1649


Asulf 5000, boul. des Gradins, bur. 125 Québec G2J 1N3 418-622-1509

Courriel : asulf@globetrotter.net www.asulf.ca