LE FRANÇAIS ABSENT DES MÉDIAS ETHNIQUES

La diffusion du français peut et doit se faire par tous les moyens

L’anglais est une langue qui profite énormément des nouvelles technologies de l’information et des communications pour son expansion. Et l’importance de ces technologies n’est plus à démontrer. Le rôle des médias écrits, audiovisuels ou carrément informatiques est reconnu par tous pour tout apprentissage.

Le français pourrait bénéficier de tout véhicule des nouvelles technologies en appliquant la Loi sur la Langue Française sans aucune restriction ou exception, en étendant son application justement dans toute communication vers des consommateurs d’une communauté linguistique autre que la communauté anglophone.

1- Ainsi la Loi stipule que la raison sociale des entreprises au Québec doit être avant tout en français. Pourquoi alors, lorsque ces entreprises s’annoncent dans les médias ethniques emploient-elles, dans la majorité des cas, uniquement leur version en anglais?

2- La loi stipule aussi que l’affichage dans les commerces doit être en français d’abord. Pourquoi alors dans leur publicité aux médias ethniques leur message est souvent uniquement en anglais? Pire encore, en anglais avec une traduction en la langue ethnique? Un compatriote nouvellement arrivé trouverait ainsi sous la main, sans grand effort, un moyen d’apprentissage de l’anglais… sans aller à l’école!

Remarquer que souvent les gouvernements, fédéral, provincial et municipaux, succombent à l’horreur de passer leurs messages dans les médias ethniques soit uniquement en anglais ou même en anglais avec une version ethnique. Saisissez l’odieux de cette situation en visualisant un message gouvernemental en anglais dans le Journal de Montréal, La Presse ou le Devoir!

Pourquoi laisser à l’anglais tout l’espace de ces communications dans les médias ethniques du Québec? Le français peut grandement bénéficier dans son expansion et sa divulgation à travers ces médias ethniques.

Tout nouvel immigrant s’apercevra ainsi que la langue commune, même celle des affaires, en dehors de sa propre communauté est le français. Il fera facilement un parallèle entre sa propre langue et la langue de la majorité au Québec.

Joseph Xénopoulos
Traducteur