LA REVANCHE DES INDIENS SUR AMHERST

Les bénévoles à Impératif français semblent être tombés sur une question
effectivement troublante.

La rue Amherst tient-elle vraiment son nom de ce chef d’armée qui a jadis ordonné ou recommandé d’infecter des populations autochtones? Est-ce Jeffrey, le conquérant de Montréal, l’ennemi de Pontiac et l’exterminateur de populations autochtones, ou est-ce William Pitt Amherst (c’est son neveu), qui fut plus tard gouverneur du Canada?

http://faculty.marianopolis.edu/c.belanger/QuebecHistory/encyclopedia/JeffreyAmherst-HistoireduQuebec.htm

S’il y a des preuves que c’est en l’honneur de William que ce nom a été retenu, c’est une autre question qui s’ouvre. Sans preuve, c’est évidemment à Jeffrey qu’il faut penser.

Admettons donc que ce soit Jeffrey; ne pouvons-nous pas laisser les villes en Nouvelle-Écosse et les écoles secondaires à travers le pays célébrer ce sujet? Ne l’est-il pas déjà assez?

Quelle heureuse ironie, et juste, ce sera lorsqu’on renommera une rue qui porte son nom par celui d’un autochtone remarquable, de chez nous, dont l’oeuvre est connue et appréciée de tous!

Dans le cas, le plus vraisemblable, où cette rue a été nommée pour commémorer Jeffrey, je dois remercier Impératif français une fois de plus pour sa vigilance essentielle et pour une proposition constructive à laquelle je ne doute point que le Conseil municipal veuille donner suite, dossier à l’appui, de concert avec la commission de toponymie.

Rappelons que l’inconscience collective que nos pratiques toponymiques peuvent perpétuer connaît ici un revers : tout près, il y a bien le comté de Pontiac.

Brian Monast