LA POSTE FRANÇAISE BILINGUE!

FRANCO-ArabeBonjour, l’initiative de votre bureau de Beaucaire est un scandale et une faute. Un scandale parce que les efforts de ceux qui s’emploient à franciser, au moins pour la langue, les immigrés, deviennent dérisoires. Pourquoi apprendre le français si l’on vous sert votre propre langue dans l’espace public? Et demain? Le turc? Le moldave? Le Kosovar? En plus de l’anglais! Vous allez devoir sérieusement augmenter la surface de votre affichage! Une faute parce qu’en introduisant de cette manière un multi-culturalisme dont les Français, au fond d’eux-mêmes, ne veulent pas, vous les poussez jour après jour à réagir, ce qu’ils ne manqueront pas de faire, fatigués et furieux de voir leur propre culture ravalée, dans leur propre pays, au rang d’alter ego des autres. Et demain, d’inférieure à celles-là. Si je suis la logique de votre raisonnement, il vous appartient désormais de former vos employés à l’arabe, car demain, on ne manquera pas de s’étonner, puis de contester qu’après les boîtes postales, ils ne soient pas devenus eux aussi bilingues. Avant, enfin, de l’exiger.

C’est ce qui s’appelle ouvrir la boîte de Pandore d’où, à défaut d’y jeter des lettres, on retire de la colère et du désordre. Votre responsabilité dans cette affaire est énorme. Je vous dis cela d’autant plus sereinement qu’en tant qu’ancien Vice-Président de Médecins sans Frontières, j’ai toujours pris garde de me fondre dans la culture des autres, conscient des conséquences qu’aurait eu mon désir d’imposer la mienne de quelque manière que ce fût. Et ce, dans des pays à très forte « personnalité ». Je me sens donc en droit d’exiger la réciprocité. J’exige par la même occasion que les responsables français, qu’ils soient tenanciers d’un bureau de poste ou d’un palais présidentiel, empêchent que je subisse une humiliation que, par éthique et dignité, j’ai toujours épargné aux gens qui m’accueillaient. Je conclus de votre très regrettable démarche que nous sommes désormais dans un pays officiellement bilingue, Beaucaire étant apparemment la porte par laquelle on y entre pour imposer sa langue. Et ce qui va avec, inéluctablement.

Oui, votre responsabilité dans cette histoire est énorme. J’espère que vous en prenez déjà conscience et vous engage, de toutes mes forces de républicain attaché à la démocratie et à nos libertés essentielles, à ne pas souffler plus avant sur des braises qui ne demandent qu’à raviver les incendies.

Sincèrement votre,

Dr Alain Dubos.

La Poste
http://www.laposte.fr