LA LANGUE DE MOLIÈRE

Au Canada et plus spécialement au Québec, on appelle au boycott des marques qui ne respectent pas la langue française ! On se bat dans un environnement très hostile à la pratique, c’est à dire à l’existence même de la langue française.

En suisse, on note que le défi se relève peu à peu, en Belgique le français tient tête. A Beyrouth on ose encore penser que la langue française est un atout. A Tunis, à Alger, au Maroc, bien qu’officiellement le français soit relégué à portion congrue il n’empêche qu’il est un outil d’émancipation omniprésent. Chez moi, à Bejouira on n’aime pas officiellement le français mais on comprend la situation de cette façon-ci : « Je hais mon oncle mais j’aime le parfum de son manteau quand il vient nous rendre visite » ……… Et Paris dans tous ça ?

Eh bien à Paris on « speak » anglais et on met volontairement de coté toute la subtilité et la richesse de la langue française pour cultiver, soigner, entretenir, à la place l’anglicisme et l’américanisme. On parle alors effrontément de news, de games, de fashion, de fax, trip, bad boy, et j’en passe et des meilleures ! Au lieu de se poser des questions sur ce que « identité nationale » veut dire et en faire tout un abattage qui n’est en faite qu’un des moyens de faire la chasse aux pauvres de tous les pays francophones qui osent venir en France demander la subsistance intellectuelle. Au lieu de cela voilà donc le vrai combat auquel on devrait s’atteler le plus vite possible avant qu’il ne soit trop tard ! Il est clair qu’on veut faire de la France un pays bi linguiste ou l’anglais et le français (oubliant leurs querelles historiques) se côtoieront dans un total bonheur. Mais on oublie pourtant que l’une ou l’autre de ces deux langues prendra indéniablement le dessus et vous entendrez un jour l’hôtesse de votre téléphone portable vous dire : «Pour la langue française, appuyez sur le 2 » Et même un peu plus tard, « Press on 2nd button…. Please !)

Molière va se retourner dans sa tombe ! ……… Mais me dira-t-on peut-être : je suis bien « has been » pour aborder un problème pareil !

Abdelmadjid ADOUR
majic_adour@hotmail.fr