« SPEAK WHITE » 40 ANS PLUS TARD

« Speak White, Speak White » 40 ans après … à Vancouver

Un essai poétique « citoyen »

Nous nous mourrons et  ne voulons plus être “sondés”, “recensés” ou “manipulés”
Vous avez réussi à nous aliéner de notre propre langue
Sans même un “Speak white”, le fallait-il vraiment?
Cessez vos singeries, parlez-moi de grâce

 

Nous nous mourrons  et ne voulons plus être “gérés”, “institutionalisés”, “nationalisés” ou “étatisés”
Vous avez réussi à nous aculturer de notre propre culture
Sans même un “Speak white”, le fallait-il vraiment?
Cessez vos âneries, parlez-moi de grâce

 

Nous nous mourrons  et ne voulons plus consommer le savon que vous persistez à produire
Vous nous avez enterrés alors que nous n’étions pas morts
Sans même un “Speak white”, le fallait-il vraiment?
Cessez la machine, parlez-moi de grâce

 

Nous nous mourrons  et ne voulons plus que vous nous isoliez
Vous nous avez entre-déchirés, l’argent, le pouvoir et la nouvelle immigration, « same old »
Sans même un “Speak white”, le fallait-il vraiment?
Cessez la division, parlez-moi de grâce

 

Nous nous mourrons  et ne voulons plus de nouveaux plans d’action , de consultation bidon ou autre diversion
Vous avez tué nos jeunes, nos entrepreneurs, nos nouveaux arrivants, nos créateurs et nos rêveurs, ceux qui  représentaient nos espoirs
Sans même un “Speak white”, le fallait-il vraiment?
Cessez la mascarade, parlez-moi de grâce

 

Nous nous mourrons  et ne voulons plus  perdre le peu de temps qui nous reste
Vous l’avez monopolisé avec des banalités, dénis ou  faux-fuyants
Sans même un “Speak white”, le fallait-il vraiment?
Cessez le non-dit, parlez-moi de grâce

 

Nous nous mourrons  et ne voulons plus que ceux qui nous ont précédés soient méprisés
Vous avez renié ce passé
Sans même un “Speak white”, le fallait-il vraiment?
Cessez l’oubli, parlez-moi de grâce

 

Nous nous mourrons tous “ici” et ne voulons pas que ça se passe ailleurs par proxy
Vous avez ignoré ce qui se passait “ici” pour parler pour “l’ailleurs”
Sans même un “Speak white”, le fallait-il vraiment?
Cessez le travesti de “l’ici”, parlez-moi de grâce

 

Vous êtes nos morts vivants, la peur vous a tués, la machine vous a dévorés
Vous avez ainsi pris la relève de l’oppresseur du “Speak white”, langues fourchues c’est du déjà-vu
Nous avons réussir à éviter la Machine
Nous aspirons à mourir en Paix après avoir pleinement vécu, qu’y a-t-il d’autre?
Sans même un “Speak white”, le fallait-il vraiment?
Cessez, vivez, et parlez-moi de grâce parce que nous savons que nous ne sommes pas seuls…