KOSOVO ET LOI SUR LA CLARTÉ CANADIENNE

Monsieur Dion,

Votre déclaration à l’effet que le statut du Kosovo, une province Serbe qui a le statut de pays indépendant, depuis hier, n’avait rien à voir avec ce qui se passe au Canada, parce que vous avez fait voter la loi sur la Clarté à la Chambre des communes, cela n’a rien pour rassurer, croyez-moi !

Faire voter une loi par une majorité pour nier des droits à une minorité, il n’y a rien de plus facile. Toutefois, poser des gestes pour recconnaître à cette minorité qu’elle a toute la place qui lui revient dans le Canada, c’est autre chose.

Monsieur Dion, comment expliquer la force du Bloc Québécois dans toutes les régions du Québec, y compris en Outaouais Québécois, sauf l’Ouest de Montréal, si la Clarté était si évidente ?

Vous qui habitez Ottawa, regardez la négligence légendaire que les institutions fédérales imposent à Gatineau, alors que cette ville et sa région offrent au Canada, l’électricité du Québec, une énergie VERTE et à 40% moins chère qu’à Ottawa, dans un contexte où libéraux et conservateurs se font un devoir de nous répéter que le Canada nous entretient grâce à la péréquation. D’ailleurs s’il y avait un député libéral de la chambre des communes qui devrait en être gêné, c’est bien monsieur Dion, monsieur Environnement lui-même !

Monsieur Dion, je ne suis pas sûr que votre discours est très apprécié par le milieu des affaires et du monde politique Québécois de l’Outaouais et de Gatineau en particulier, lorsqu’année après année, rien ne bouge du coté fédéral, pas même le discours. Le Québec démontre de l’ouverture avec la construction d’une ligne d’interconnexion complètement protégée qui alimente Ottawa de 1250 MW de puissance, depuis quelques mois. Toutefois, cela ne veut pas dire que l’Outaouais renonce à obtenir une partie des 27 centres de recherche scientifique fédéraux que compte la Ville d’Ottawa. Se sentir Canadiens, c’est aussi et surtout avoir des retombées économiques à la hauteur de ce que nous apportons dans le couple Québec-Canada.

Monsieur Dion, avez-vous besoin que la population de l’Outaouais vous confirme encore une fois que vous ne retrouverez pas le coeur de la population de l’Outaouais, pour comprendre et commencer à délocaliser des institutions fédérales vers Gatineau, afin de bien comprendre que la Clarté, c’est une affaire quotidienne et non une affaire juridique, comme vous le croyez. Le milieu des affaires comprend parfaitement que des emplois fédérax dans leurs cours, cela veut dire une économie plus florissante et la population de l’Outaouais possède la même énergie que tous les Québécois pour assurer son développement, celle d’Hydro-Québec, le Canada se doit de le reconnaître maintenant, parce que demain, c’est le Québec dont on parlera comme d’un nouveau Kosovoi..

Merci de votre délicate attention, monsieur Dion.

André Mainguy
Longueuil