KISS-AND-RIDE

Kiss-and-ride, ou la crétinisation s’accélère…

Sur une liste de traducteurs, une écervelée (mon Dieu, qu’il y en a) s’émerveille qu’à la gare de Liège, une aire de stationnement minute (tiens, elle a trouvé le nom français sans le vouloir …) qui s’appelle officiellement « Kiss-and-ride » … et elle trouve cela « mignon ».

La pécore continue : « Si cela existe en France, on pourrait peut-être penser à un truc genre : je me suis fait piquer mon mec en kiss-and-run? »

Il s’agissait de traduire un roman idiot pour ados… Notons que 80 % des romans traduits en France le sont de l’anglais… ce qui rétrécit quelque peu l’horizon, lorsqu’on garde la tête sur le guidon…

C’était simplement, pris sur le vif, le mécanisme de la séduction stupide… et ça marche! … :=<

Denis Griesmar