HOME DEPOT

Je magasinais dans un HOME Dépôt pour un objet X. En passant près des serres, j’ai remarqué qu’il y avait des plantes, belles et pas chères. Seulement, un détail me titille. La petite étiquette, celle qui renseigne sur les préférences du végétal empoté en matière d’arrosage et d’ensoleillement était en anglais, juste en anglais.

Ma première réaction aurait été de l’acheter quand même, quitte à envoyer une plainte à OQLF, preuve à l’appui, pour me défouler.

Mais ma conjointe me fit remarquer : si l’étiquette est seulement en anglais, c’est que le producteur est en Ontario. Pourquoi ne pas encourager les producteurs québécois?

J’ai donc laissé la plante là. Il ne faut pas un BAC en marketing pour voir que HOME depot se tire dans le pied. Parce que, ça va de soi, le truc X qui était le but premier de ma séance de magasinage, ben, j’irai l’acheter chez Rona.

Denis Pageau