FACTEURS D’INTÉGRATION

Les savantes analyses servent souvent à éluder les questions, à distraire l’opinion et à l’égarer sur des chemins qui ne mènent nulle part. « Qui l’eût dit? Qui l’eût cru? »… Toute cette controverse sur les signes de l’Islam (voile, niqab, burqa, etc) nous amène à la conclusion suivante: de tous les facteurs d’intégration, le plus puissant et le seul qui soit clair et certain, c’est le costume. L’identité, tout comme le politique, repose, à parts égales, sur des faits réels et sur leur structuration symbolique. Dis-moi si tu te voiles, et je te dirai si tu es Québécois ou non. Ou si tu approuves le voile…

Hubert Larocque, Gatineau.