COMMENTAIRES SUR L’ARTICLE « LES ÉCOLES PASSE-DROITS »

En faveur des écoles privées non assujetties à la Charte de la langue française

La lettre suivante se veut une réponse au texte « Les écoles passe-droits » publié à
http://www.imperatif-francais.org/bienvenu/articles/2010/les-ecoles-passe-droits.html

Je me dois de vous écrire afin de vous informer que je suis une québécoise pure-laine et fière de l’être. J’aime le français et je le parle à la maison, au travail et avec mes amis. Mon fils a complété son primaire à l’Académie Trivium et ma fille la fréquente depuis près de cinq ans. Nous leurs donnons maintenant leur héritage, qui est l’apprentissage de plusieurs langues. Nous avons décidé que nous voulions qu’ils s’expriment dans plusieurs langues et nous en assumons les coûts. Ils seront trilingues ( pour le parler et pour l’écrit). C’est notre choix à mon mari et à moi. Nous ne sommes pas parfaitement bilingues et cela nous nuit dans notre formation professionnelle. Je veux que mes enfants puissent être ouverts sur le monde et que la barrière des langues ne soit pas une entrave à leur devenir. En passant, mes enfants sont aussi bons, sinon meilleurs en français que beaucoup d’autres enfants fréquentant l’école française puisqu’ils apprennent le programme de français exigé par le ministère de l’éducation. Ils aiment leur langue maternelle. Mon garçon fréquente maintenant l’école secondaire privée francophone et c’est très bien.

Pour ce qui est des parents riches dont vous faites mention dans votre article, vous n’êtes pas en mesure de juger notre situation ni celle des autres parents. Que nous ayons décidé de faire des sacrifices pour que nos enfants puissent en profiter CELA EST NOTRE CHOIX. Vous déduisez que nous devons être riches pour se payer cette école ce qui n’est pas le cas, mais tout est relatif, n’est-ce pas? Je trouve que vos propos sont déplacés et sont des jugements de valeurs sans vraiment savoir de quoi vous parlez quand vous y allez avec vos commentaires personnels… Vous savez, quand les gens vont dans le sud, s’achètent une belle grosse maison, se font faire des chirurgies esthétiques ou s’habillent dans des boutiques huppées, je ne conclue pas qu’ils sont nécessairement riches mais bien qu’ils ont fait le ou les choix qu’ils voulaient. Certains s’endettent mais encore là, ce n’est pas à moi de juger…Ils agissent selon leurs choix, selon leurs désirs… La beauté du Québec et du Canada réside beaucoup dans ce principe qu’est celui de la LIBERTÉ.

Enfin, c’est dommage que vous fassiez de la propagande démagogique à l’effet que les riches n’ont pas à se soumettre à la loi 101. Je tiens à vous souligner que j’ai à coeur le français mais je ne vise pas la base mais plus haut pour mes enfants. Je préfère construire que détruire. Bref, nous préférons donner notre héritage à nos enfants maintenant, et eux, bâtiront leur vie en étant des citoyens québécois francophones, des citoyens canadiens capable de faire face à leurs obligations grâce à tous les talents qu’ils auront développés.

Les seules limites qu’un individu ne peut franchir sont celles qu’il s’impose à lui-même….

Renée Dionne, Gatineau