COMMENTAIRES SUR L’ARTICLE « LES ÉCOLES PASSE-DROITS »

En faveur des écoles privées non assujetties à la Charte de la langue française

La lettre suivante se veut une réponse au texte « Les écoles passe-droits » publié à
http://www.imperatif-francais.org/bienvenu/articles/2010/les-ecoles-passe-droits.html


Monsieur Jean-Paul Perreault, Président
Impératif français
C.P. 449, succ. Aylmer
Gatineau, Québec J9H 5E7
imperatif@imperatif-francais.org

Le mercredi 31 mars 2010

M. Perreault,

J’aimerais vous faire part de mes commentaires face à votre Communiqué de presse publié sur le site d’Impératif français en date du 15 mars 2010 intitulé « Les écoles passe-droits ». Je suis un parent francophone dont les deux enfants vont à l’Académie Trivium depuis son ouverture en septembre 2005.

Dans votre communiqué, vous portez un jugement sur les « riches » parents d’élèves francophones qui utilisent cette école pour se « payer » le droit de soustraire leurs enfants de l’obligation de fréquenter au Québec le système scolaire de langue française. Cette affirmation est fausse. Mon intention en tant que parent francophone n’est pas de me soustraire au réseau d’école de langue française ou de me faufiler dans le réseau anglophone du Québec. La réalité de l’école est tout à fait différente. Les finissants de l’Académie Trivium se sont toujours inscrits dans des écoles secondaires de langues françaises du Québec. Pour votre information, la majorité des parents qui envoient leurs enfants à cette école sont des francophones, le français est la langue majoritairement parlée et écrite à la maison. Qui êtes-vous pour nous juger de « riches » parents? Vous n’êtes pas en mesure de connaître ma situation personnelle ainsi que celle des autres parents dont les enfants fréquentent l’école.

Le programme d’enseignement à l’Académie Trivium offre à nos enfants la possibilité de maîtriser la langue française et nous, en tant que parents francophones, croyons que l’apprentissage du français est important. Cependant, dans la réalité canadienne et mondiale actuelle, nous voulons leur offrir le cadeau d’être trilingues (parlé et écrit) et faire d’eux de futurs Québécois et Québécoises ouverts sur un monde rempli de possibilités.

Au cours des années, l’Académie Trivium a su démontrer l’importance et la qualité accordées au français. À titre d’exemple, depuis son ouverture, celle-ci participe à chaque année à la Dictée Paul Gérin-Lajoie (PGL). L’école participe, non seulement à la cueillette de fond PGL, mais se fait un devoir d’envoyer chaque année un candidat à la finale régionale. La participation à cette finale régionale permet de valoriser les élèves dans leurs performances en écriture française et de les encourager à performer et à aimer leur langue française. Il est important de noter que plusieurs écoles primaires francophones publiques de la région n’envoient pas de candidat à la finale régionale; ceux-ci participent seulement à la cueillette de fonds. À chaque année, un élève de l’école participe à la finale régionale de la Dictée PGL, et ceci nous démontre l’importance accordée au français à l’école.

Également, j’ai été informée par un représentant de la Fondation PGL, que notre candidat de 2009 a très bien réussi lors de la dictée régionale, celui-ci était à 1.5 fautes du grand gagnant et son résultat était supérieur à la moyenne régionale. L’Académie Trivium nous démontre très bien qu’elle possède un bon programme d’enseignement qui réussi à allier l’apprentissage du français (respect du régime pédagogique du MELS) tout en offrant les autres langues. Les résultats à la Dictée PGL sont là pour nous le prouver.

En tant que parents, quand nous regardons la réalité mondiale, nous voulons offrir en héritage à nos enfants l’apprentissage des trois langues. Pourquoi vouloir se limiter quand nous pouvons leur offrir un monde de possibilités?

Comme parents, nous préférons que nos enfants puissent interagir avec plus de 1,04 milliards d’habitants de cette planète qui parlent le français, l’anglais ou l’espagnol que de les limiter aux 113 millions qui parlent la langue française. Nous préférons l’ouverture sur le monde dans l’apprentissage de langues et cultures nouvelles, sans bien sur, compromettre notre réalité francophone. Nous sommes fiers d’être francophone et nos enfants aussi.

Je crois en cette école et je suis heureuse de donner à mes enfants la chance d’être trilingues tout en préservant leurs apprentissages de notre belle langue française. J’ai choisie l’Académie Trivium pour mes enfants parce que je suis convaincue de l’avantage qu’offre la connaissance de plusieurs langues.

Finalement, j’apprécierais que ma lettre soit placée sur votre site Internet afin de démontrer la diversité d’opinion de la population québécoise.

Sincèrement,

Annick Saumure

c.c.
Madame Michelle Courchesne, Ministre de l’Éducation, du Loisir et du Sport ministre@mels.gouv.qc.ca

Madame Christine St-Pierre, Ministre responsable de la Charte de la langue française ministre@mcccf.gouv.qc.ca

Monsieur Pierre Curzi, Porte-parole de l’opposition officielle en matière de langue pcurzi-bord@assnat.qc.ca

Monsieur Gérard Deltell, Chef Action démocratique du Québec
gdeltell-chau@assnat.qc.ca

Monsieur Maxime Pelletier, Chargé des relations avec les écoles, Fondation PGL mpgalarneau@fondationpgl.ca // fpgl@fondationpgl.ca

Madame Lisette Auclair et Monsieur Mario Gendron, Académie Trivium lauclair@trivium-academy.com // info@trivium-academy.com