AMHERST, UN GRAND CRIMINEL

Le 30 mars, à la réunion du Conseil municipal de la ville de Gatineau, un groupe de citoyens a réclamé que le nom de la rue Amherst à Aylmer, qui honore un grand criminel génocidaire, soit remplacé par le nom du grand écrivain autochtone Bernard Asiniwi.

C’est une véritable honte pour la ville de Gatineau que d’honorer un tel criminel qui voulait exterminer les Amérindiens par la guerre bactériologique. Plusieurs historiens ont établi les preuves de ce crime. On ne peut plus en douter.

Un conseiller a fait appel au critère de l’arbitraire et le maire à la diversité culturelle de Gatineau. Il n’y a ni arbitraire, ni diversité culturelle qui tiennent lorsqu’il s’agit d’un génocidaire. La Ville n’a pas à se doter d’une politique quelconque pour éradiquer son nom. Elle doit agir tout de suite et débaptiser cette rue.

On ne peut non plus avoir recours à l’argument de la bonne entente avec les Anglophones. Amherst déshonore les Anglophones et ces derniers devraient eux-mêmes exiger le retrait de son nom.

Le remplacer par Bernard Asiniwi, un grande écrivain autochtone, serait un geste drôlement réparateur.

Normand Rousseau
Gatineau, Québec