UNE NATION SANS PAYS

Le Commissaire aux langues officielles du Canada est juste un « suppositoire » pour faire baisser la fièvre chez les francophones trop criards et enrhumés…

Le rapport « Durham » (suivre ce lien–> au cas ou vous en douteriez) http://www.tlfq.ulaval.ca/axl/francophonie/Rbritannique_Durham.htm est toujours en application dans le ROC et Harper se frotte déjà les mains de jouissance quand il s’active pour un autre tour de magie parlementaire… style prorogation de session 2009 ou « boycott » des commissions sur l’Afghanistan ou mieux encore, torpillage de la conférence de Copenhague…

Bienvenue donc dans la marmite ou la soupière  du « conservative  Canadian multiculturalism where Francos are only a stranger’s nation without their own country »

« Un Canadien errant, banni de ses foyers, parcourait en pleurant, son pays [comme un] étranger ! »

Commentaire au DEVOIR du 16 décembre 2009

« Je m’explique mal que la ministre responsable de cette Charte soit si mal informée de son cadre d’application, à moins qu’elle ne soit simplement incompétente ».

Je me contenterai de commenter seulement cette conclusion en vous proposant mes explications :

– Il y a péril en la demeure, mais personne ne « met ses culottes » pour le régler ! (Ministres, sous-ministres, fonctionnaires, commerçants, citoyens)

– Il y a des loups dans la bergerie ou des renards dans le poulailler : mutinerie, trahison, délinquance, résistances crasses ou voulues, que sais-je ? Une enquête indépendante s’impose à l’OQLF et autres officines reliées comme le MICC[1] & le MEQ[2] où l’on camoufle la vérité sur la situation du français au Québec, laissant la population «endormie dans son indifférence identitaire»… Pour mémoire : Yolande James  et France Boucher l’an dernier lors de la Commission Bouchard-Taylor.

– Le Québec et les Québécois sont atteints d’un cancer indolore, inodore et insipide qui les ronge à petits feux ; ils sont en phase terminale, mais on se garde bien de leur en parler clairement et en toute franchise pour ne pas les effrayer comme il arrive avec le supplice de la goutte d’eau (du moins au tout début !) ou avec la fable de la grenouille dans le chaudron d’eau tiède cuisant à feu doux. 

– On attend patiemment chez nos dirigeants que les « frogs » soient bien cuits pour les manger et les engloutir dans la mer anglophone ou la folklorique louisianaise moribonde ou la haïtienne créolisante, mais JAMAIS véritablement francophile ni fièrement francophone… sous prétexte de tolérance et d’accommodements franchement « déraisonnables »…, inondant et noyant graduellement le Québec de nouveaux venus qui s’anglicisent à nos frais, couverts par la « prétendue mondialisation », les prétextes économiques tordus et les politiques linguistiques et éducatives mollassonnes actuellement en vigueur au Québec.

Bienvenue donc dans la marmite ou la soupière  du «conservative  canadian multiculturalism where Francos are only a nation without their own country »

 


[Ministère de l’Immigration et des Communautés Culturelles
[Ministère de l’Éducation du Québec

 

André Lacombe – Gosselin
Le joyeux retraité de MZT