MADAME JOSÉE VERNER

verner.j@parl.gc.ca

Objet : « Célébrations de la défaite des Plaines d’Abraham «

J’ai lu avec désolation sinon consternation vos déclarations dans l’édition week-end du Droit au sujet des célébrations entourant la reconstitution de la Bataille des plaines d’Abraham et de la façon dont vous semblez tenir en haute estime la population québécoise francophone dont je suis de ce fait.
Ce n’est pas vous, bien heureusement, qui pourrez dicter à Pierre Falardeau la façon de se comporter face à l’événement, bien que je déplore comme vous son style bagarreur. Ce n’est pas bien le connaître si vous pensiez l’en dissuader. Vous auriez pu vous tourner la langue une fois ou deux avant que de parler, chère madame Verner.

Le lieutenant québécois de votre chef Harper, Christian Paradis, affirme qu’il n’assistera pas à la reconstitution de la bataille. Ça dénote chez lui un respect certain de la population québécoise, jouxté à un sens critique tout à son honneur concernant l’idée pour son gouvernement de vouloir « célébrer » cette page sombre de notre jeune histoire, deux qualités
semblant vous faire défaut, chère Josée. N’aurait-il pas mieux valu pour
vous alors, d’insister sur l’aspect rassembleur de la commémoration de la bataille plutôt que de cracher votre mépris sur tout québécois francophone ne pensant pas comme vous? Non, vous fallait en remettre sur le dos de ceux qui s’offusquent (qu’ils aient raison ou tort, remarquez bien) qu’on vienne célébrer sur les Plaines même, notre défaite aux mains des Anglais en 1759!
Je n’ai jamais été/ne suis/ne serai jamais partisane de débordements vulgaires tels que promis par un Pierre Falardeau en furie. Il n’est nullement de votre ressort cependant de dire qui peut ou ne peut participer à l’événement, l’ordre public comme vous dites s’en occupera bien en temps et lieu. On vit encore, à moins que je ne me trompe bêtement, dans un pays libre n’est-ce pas? Vous me rappelez, tenez, Pierre Trudeau sur le balcon de l’Hôtel de Ville de Montréal, un lointain jour de fête…
Prendrez-vous bonne note?

En espérant bien ardemment que le Québécois moyen soit plus intelligent et qu’il se foute de vos déclarations comme de sa première dent.

Lucie Dumouchel
Gatineau (Québec)